•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le pasteur Lezoka se défend

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois jours après les révélations de CBC/Radio-Canada sur les difficultés financières de son église, le pasteur Mwinda Lezoka brise le silence et nie toute responsabilité personnelle dans cette affaire.

Trois jours après les révélations de CBC/Radio-Canada sur les difficultés financières de l'église de la Communauté chrétienne de Béthel, le pasteur Mwinda Lezoka sort enfin de son mutisme. Il nie toute responsabilité personnelle dans cette affaire et jette le blâme sur une ancienne membre de son église qui aurait extirpé 700 000 $ au Parc Safari d'Hemmingford à son insu.

Je ne roule pas en Jaguar. J'ai une Toyota Matrix 2004. Je n'ai pris l'argent de personne.

Une citation de :Le pasteur Mwinda Lezoka

Selon le pasteur Mwinda Lezoka, les travaux de rénovation non payés et les emprunts non remboursés aux fidèles s'expliquent par les difficultés financières de l'église, et non par des actes de malversation. Le pasteur assure que son église fera tout en son pouvoir pour rembourser ceux qui lui ont prêté de l'argent.

Pour le révérend Lezoka, tout a commencé avec l'achat de l'immeuble pour l'église, avec des paiements hypothécaires trop élevés. Une membre lui aurait alors présenté la solution miracle : un prêt de 700 000 $ du Parc Safari d'Hemmingford, où elle était comptable, et à un taux avantageux.

Le pasteur dit ignorer que l'employée du Parc Safari avait imité la signature de son patron, alors que le Parc Safari n'a jamais autorisé le prêt.

L'argent aurait ensuite été dépensé pour l'église et il ne resterait plus rien pour rembourser le Parc Safari. Il n'en saurait pas plus sur les reçus pour dons de charité émis par son église et déclarés non valides par Revenu Canada.

Vous m'apprenez quelque chose. Je n'ai pas reçu d'appels de Revenu Canada.

Une citation de :Le pasteur Mwinda Lezoka

Béthel a pourtant émis de nombreux reçus, et ce, depuis 2003.

Lezoka admet, par ailleurs, avoir vendu des diamants, mais en Israël, pas au Canada. Il aurait utilisé les 26 000 $ recueillis pour l'église.

Quant aux lettres de la Régie de l'assurance maladie reçues à son ancienne adresse, le pasteur affirme qu'elles étaient destinées à huit Congolais membres de son église. « Quand ils venaient ici sans appartement pour dormir, ils dormaient chez-nous », explique-t-il.

Le pasteur Lezoka affirme n'avoir jamais demandé d'argent à ses fidèles. Un ancien membre de son église dit pourtant le contraire. « C'est faux, parce que M. Lezoka m'a sollicité directement pour avoir des prêts », assure Sylvain Julien.

Evens Estimable, un ancien membre du comité de financement de l'église, dit avoir perdu 27 000 $ dans l'aventure.

Il m'a dit personnellement qu'il voulait qu'on contribue. Puis, il nous a demandé 5000 $.

Une citation de :Evens Estimable, ancien membre de la Communauté chrétienne de Béthel

Le pasteur Lezoka affirme que la messe aura lieu comme prévu dimanche prochain. Il demande aux membres de lui faire confiance, à lui et au conseil d'administration, pour redresser la situation financière.

D'après un reportage de Benoît Giasson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !