•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pasteur mis en cause

L'église est située dans l'arrondissement Ahuntsic à Montréal.

L'église est située dans l'arrondissement Ahuntsic à Montréal.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des paroissiens d'une église évangélique de Montréal accusent leur pasteur, Mwinda Lezoka, de les avoir floués pour des centaines de milliers de dollars.

Des paroissiens de la Communauté chrétienne de Béthel, une église évangélique de Montréal, accusent leur pasteur de les avoir floués pour des centaines de milliers de dollars, selon CBC.

Au moins 24 membres de cette communauté affirment que le révérend Mwinda Lezoka, un homme d'origine congolaise qui a prêché auprès de la communauté africaine à Montréal pendant 20 ans, aurait empoché des sommes importantes qu'ils lui ont prêtées pour pourvoir aux activités de l'église.

Par exemple, Céline Vital affirme qu'elle et sa soeur ont hypothéqué leur maison en 2006 pour prêter 142 000 $ à M. Lezoka, un montant qu'il disait, selon elles, nécessaire pour l'acquisition d'un nouveau bâtiment.

Stéphane Robinson dit que sa famille a elle aussi prêté de l'argent à M. Lezoka, puisqu'elle lui faisait confiance. « Ils [les membres de la famille] sont très religieux, et aussi vulnérables quand on leur dit qu'ils le font pour Dieu », a-t-il mentionné.

Les prêteurs disent n'avoir jamais été remboursés.

Afin d'inciter d'autres à briser le silence, quelques-unes ont manifesté dimanche devant leur église située boulevard Henri-Bourassa.

Les allégations des membres de la Communauté chrétienne de Béthel n'ont pas été confirmées ni infirmées en cour.

M. Lezoka n'a pas répondu aux appels des journalistes de CBC.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !