•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada sanctionne Téhéran

Lawrence Cannon

Lawrence Cannon

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canada emboîte le pas à l'Union européenne et adopte des sanctions sévères contre l'Iran dans l'espoir de pousser le pays à rouvrir les négociations sur son programme nucléaire controversé.

Le Canada emboîte le pas à l'Union européenne et adopte des sanctions sans précédent contre l'Iran.

Ces sanctions, sensiblement les mêmes que celles qui ont été adoptées par l'Europe, sont beaucoup plus sévères que les mesures mises en place par le Conseil de sécurité de l'ONU le 9 juin dernier.

Le Canada veut ainsi s'unir à l'Europe et aux grandes puissances impliquées dans le dossier du nucléaire iranien, qui souhaitent convaincre Téhéran de revenir à la table des négociations en septembre afin d'accepter un encadrement strict de son programme nucléaire controversé.

Les actions de l'Iran ainsi que ses propos agressifs sont un affront aux efforts du Canada et de ses alliés d'assurer la paix et la sécurité mondiale.

Une citation de :Lawrence Cannon, ministre des Affaires étrangères du Canada

Le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon a annoncé lundi en conférence de presse que les nouvelles mesures entrent en vigueur dès maintenant. Il affirme que les sanctions additionnelles ne visent en aucun cas à nuire ou à punir le peuple iranien.

Sont maintenant interdits :

  • Les interactions avec des personnes désignées mêlées à des activités de prolifération nucléaire, chimique, biologique et de missiles;
  • Les exportations de produits posant un risque de prolifération, de matériel servant au raffinage du pétrole et du gaz, de toutes les armes restantes et de la technologie liée au produit mentionné;
  • Les nouveaux investissements dans le secteur pétrolier et gazier iranien;
  • La présence d'institutions financières iraniennes au Canada et vice versa;
  • Les relations de correspondant bancaire avec les institutions bancaires iraniennes;
  • L'achat de la dette du gouvernement iranien.

Téhéran est soupçonné de vouloir continuer à enrichir de l'uranium pour développer l'arme atomique, des accusations niées par le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad. La République islamique affirme que son programme nucléaire n'a que des visées civiles.

Le site d'enrichissement d'uranium de Natanz (archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site d'enrichissement d'uranium de Natanz (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP/Vahid Salemi

L'Union européenne sévit

Avec ces nouvelles mesures, le Canada s'aligne sur l'Europe qui sévit contre Téhéran. Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union européenne (UE) ont annoncé lundi avoir pris des sanctions sévères contre l'Iran au terme d'une réunion à Bruxelles.

Jeudi dernier, les ambassadeurs des 27 pays de l'UE s'étaient entendus sur les mesures qui entreront en vigueur, pour la plupart, à compter de mardi.

Comme pour le Canada, de nouveaux investissements dans les industries du gaz et du pétrole sont désormais interdits. L'assistance technique et les transferts de technologies sont également proscrits, notamment pour le raffinage et la liquéfaction de gaz.

Même si l'Iran est le quatrième producteur mondial de pétrole brut, il importe jusqu'à 40 % de son carburant parce qu'il ne possède pas les capacités de raffinage nécessaires pour répondre à sa demande intérieure.

L'UE réduit aussi les possibilités d'échanges commerciaux avec l'Iran en limitant les crédits à l'exportation. L'interdiction d'activité des banques iraniennes est étendue, et la liste de personnes à qui l'obtention de visas européens sera refusée s'allonge.

Les États-Unis et l'Australie ont déjà pris des mesures d'une ampleur semblable. La Russie, longtemps conciliante face à Téhéran, a pris depuis ses distances.

Une action militaire plus probable qu'avant

Par ailleurs, un ancien directeur de la CIA a affirmé qu'une action militaire contre les installations nucléaires iraniennes est plus probable qu'avant, considérant l'échec des sanctions internationales.

Michael Hayden, qui dirigeait l'agence américaine sous le président George W. Bush, a déclaré dimanche à la télévision américaine qu'une telle action semblait maintenant « inexorable ».

Il prévoit que l'Iran poursuivra son programme nucléaire jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'à une étape en deçà de la possession de l'arme nucléaire. Or, il estime qu'une telle éventualité est tout aussi déstabilisante pour la région que si Téhéran possédait vraiment l'arme.

Pour leur part, les autorités américaines soutiennent qu'une action militaire demeure une option qui sera considérée seulement si les sanctions contre l'Iran ne donnent pas de résultat.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !