•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un faux sentiment de sécurité?

Une femme boit du vin
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Des organisations féministes de l'Ontario dénoncent le nouveau test destiné à se prémunir contre la drogue du viol.

Des organisations féministes de l'Ontario dénoncent le nouveau gadget destiné à se prémunir contre la drogue du viol.

Le Drink Détective, un appareil disponible au Québec et en Alberta, sera commercialisé le mois prochain dans la province. Une campagne de prévention contre ce type d'agressions précédera sa mise en marché.

L'appareil est constitué d'une pipette et de papier buvard qui permet, en quelques secondes, de savoir si un verre d'alcool contient des substances associées aux drogues du viol. Mais des détracteurs affirment qu'à 6 $ l'unité, il est préférable de commander un autre verre en cas de doute.

En cas de doute

AlcoPrévention Canada, qui commercialise le test, conseille de l'utiliser seulement en cas de doute, quand on ressent les premiers malaises. Le porte-parole de l'entreprise, Stéphan Lepage, fait valoir qu'une cliente qui obtient un résultat positif peut demander au portier de l'établissement de prévenir la police avant de s'évanouir.

Pour Anne Rochon Ford, du Centre de recherches sur la santé des femmes de l'Université York, le gadget peut créer un faux sentiment de sécurité. Elle rappelle qu'au-delà de la drogue du viol, le fait de trop boire en présence d'inconnus représente un risque important.

La coordonnatrice du Centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle d'Ottawa, Concilia Muonde, croit que l'existence du test va nourrir le mythe selon lequel les femmes violées n'en ont pas fait assez pour se protéger.

Aucun thème sélectionné