•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La frontière avec le Mexique sera renforcée

La frontière entre le Mexique et les États-Unis

La frontière entre le Mexique et les États-Unis

Photo : AFP / Omar Torres

Radio-Canada

Les États-Unis déploieront, dès le 1er août, 1200 soldats supplémentaires à la frontière avec le Mexique dans le but d'endiguer l'immigration illégale et le trafic de drogue.

Les États-Unis déploieront, dès le 1er août, 1200 soldats supplémentaires à la frontière avec le Mexique, a annoncé lundi la secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano.

La mission, d'une durée prévue d'un an, vise à endiguer l'immigration illégale et le trafic de drogue, ainsi qu'à aider aux enquêtes criminelles. Le déploiement à la frontière sud, longue de 3220 kilomètres, avait été annoncé par le président Obama en mai dernier.

L'administration Obama espère que ces troupes, qui devront au prélable suivre un entraînement de base, seront opérationnelles d'ici le mois de septembre.

Les 1200 gardes nationaux seront essentiellement répartis dans quatre États frontaliers : l'Arizona (524), le Texas (250), la Californie (224) et le Nouveau-Mexique (72). Cent trente gardes seront affectés à un bureau de liaison national.

Les membres de la Garde nationale envoyés en renfort « fourniront un appui direct aux agents des forces de l'ordre qui travaillent dans des zones à hauts risques pour contrecarrer les organisations criminelles », a précisé Mme Napolitano dans un communiqué.

Les soldats seront armés, mais ne pourront utiliser leur arme qu'en cas d'autodéfense, a de son côté déclaré le général Craig McKinley, chef du bureau de la Garde nationale, lors d'une conférence de presse donné au Pentagone.

Le département de la Sécurité intérieure fournira en outre six aéronefs supplémentaires, dont des hélicoptères, pour surveiller la frontière, a précisé l'agence des douanes et de protection des frontières. Au moins 300 agents des douanes et des frontières, ainsi que des agents d'inspection, seront envoyés dans les environs de Tucson, avec des véhicules de surveillance mobile.

Tucson, une zone d'Arizona prisée des trafiquants, est le principal point d'entrée des immigrants illégaux le long de la frontière sud des États-Unis.

L'annonce survient à quelques mois des élections de mi-mandat de novembre, alors que le débat sur l'immigration illégale s'est intensifié. Dans un communiqué commun, les sénateurs républicains de l'Arizona John McCain et Jon Kyl ont d'ailleurs estimé qu'il s'agissait d'« un pas dans la bonne direction », mais qu'il restait « beaucoup reste à faire ».

Le contrôle des frontières reste un sujet sensible pour Washington et Mexico. Plus tôt cette année, le gouvernement mexicain a déploré l'augmentation du nombre de Mexicains tués ou blessés dans des incidents impliquant l'utilisation de la force par les autorités américaines.

En juin dernier, les autorités mexicaines ont vivement condamné l'utilisation « disproportionnée » de la force par un garde-frontière américain, qui s'est soldée par la mort d'un adolescent mexicain à Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique

Le trafic de drogue, fléau mexicain

Les violences liées aux trafiquants de drogues se sont intensifiées au Mexique, où une soixantaine de personnes, dont 6 policiers et 17 jeunes, ont été tuées lors de meurtres attribués aux cartels. Depuis décembre 2006, les règlements de comptes entre cartels et les affrontements des trafiquants avec l'armée et la police ont fait quelque 25 000 morts.

Les autorités en dénombrent déjà plus de 7000 depuis le début de l'année. Les 9000 morts de 2009 représentaient un niveau jamais atteint.

À son arrivée à la tête du pays, le président Calderon a érigé la lutte contre les trafiquants en priorité nationale.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press