•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand jour pour Geneviève Lalonde

Geneviève Lalonde
L'athlète Geneviève Lalonde.
Radio-Canada

L'athlète acadienne participe à une compétition internationale de haut niveau chez elle, à Moncton, dans le cadre des Championnats du monde d'athlétisme juniors, au grand bonheur de sa famille.

L'athlète acadienne Geneviève Lalonde participe aux Championnats du monde juniors d'athlétisme chez elle, à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Pour sa famille, il s'agit d'un moment précieux.

Ses parents regardent avec fierté son parcours en athlétisme des Jeux de l'Acadie jusqu'à ces championnats mondiaux.

« Je suis très heureux pour elle parce que c'est quelqu'un, comme presque tout le monde, qui a un talent et qui a su faire quelque chose avec son talent », souligne Marc Lalonde, père de l'athlète.

Mardi, Geneviève Lalonde accomplira ce que peu d'athlètes ont pu faire. Elle participera à une compétition internationale de haut niveau dans sa ville natale. Moncton aura les yeux rivés sur elle.

« Chaque fois qu'elle se promène dans la rue, avec toute la belle publicité que les médias lui donnent ces jours-ci, tout le monde veut lui souhaite bonne chance. Quand on entend « bonne chance » 25 fois dans une journée, le soir, ça commence à peser un peu lourd », indique Marc Lalonde.

« Parce que c'est dans notre cour arrière, c'est difficile. Les personnes se demandent si elle va gagner la médaille d'or », ajoute Lyne Seymour Lalonde, mère de l'athlète.

Pour aider Geneviève à se préparer, Travis Jayner, de Riverview, qui a gagné le bronze en patinage de vitesse à Vancouver, lui a envoyé un courriel. Mme Seymour Lalonde précise que l'olympien offre ses conseils à sa fille. « Ils se connaissent entre amis. Alors, on a trouvé cela très gentil », souligne-t-elle.

Une athlète déterminée

Geneviève Lalonde adore le sport depuis son enfance, la course et de nombreux sports d'équipe. « On l'appelait Tigre parce qu'elle sautait toujours. On savait quand Geneviève était malade parce qu'elle ne sautait pas », indique Lyne Seymour Lalonde.

Très jeune, grâce à sa soeur, Geneviève s'intéresse à la danse, ce qui lui procure un avantage pour la course. « C'est un chose quand elle a commencé à courir que les entraîneurs de course remarquaient. Comment se fait-il que cette fille va plus vite et que son pas de course est plus fort? Quand ils ont appris qu'elle faisait de la danse, ils ont dit que c'est pour ça », explique Marc Lalonde.

À travers les compétitions, les Lalonde voient leur fille grandir. « Elle est bien encadrée, elle est indépendante. C'est important dans son développement que ce soit elle qui prenne ses décisions », souligne M. Lalonde.

Sa mère admire sa détermination. « Elle faut qu'elle fasse une certaine vie. À l'université, c'était difficile de se lever à 8 h le matin quand ses copines étaient couchées tard le soir d'avant », affirme Mme Seymour Lalonde.

Geneviève Lalonde participe mardi au 3000 mètres steeple. Sa famille et Moncton tout entière sont fébriles à l'approche du départ.

Aucun thème sélectionné