•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fleuve suffoque

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon une équipe de scientifiques, qui rentre d'une mission de recherche à bord du Coriolis 2, le taux d'oxygène des eaux profondes de l'estuaire est toujours en diminution.

Selon une équipe de scientifiques, qui rentre d'une mission de recherche à bord du Coriolis 2, le taux d'oxygène des eaux profondes de l'estuaire est toujours en diminution.`

Alfonso Mucci de l'Université McGill vient de passer deux semaines à colliger des données à bord du navire de recherche Coriolis 2 avec des collègues de l'ISMER et de trois autres universités. Les observations des scientifiques indiquent que des zones de faibles concentrations d'oxygène ont été repérées dans le secteur de Sept-Îles. Ces zones, où les eaux profondes étaient normales l'an dernier, ne le sont plus cette année.

Le phénomène appelé « hypoxie » touche une grande partie de l'estuaire maritime du Saint-Laurent et de l'ouest du golfe Saint-Laurent. Les niveaux d'oxygène des eaux profondes sont alors si bas que le milieu devient impropre à la survie des poissons, des mollusques ou autres organismes marins. Depuis 70 ans, à plus de 250 mètres dans les eaux du Saint-Laurent, l'oxygène a diminué de moitié. Les scientifiques attribuent en partie le phénomène au réchauffement de l'eau et à l'activité humaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !