•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La retraite dorée de Titi Henry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois ans pratiquement jour pour jour après l'arrivée fracassante de David Beckham en MLS avec le Galaxy de Los Angeles, l'ex-international français Thierry Henry a été présenté à la presse américaine, jeudi après-midi, après avoir signé une entente qui le verra poursuivre sa carrière dans l'uniforme des Red Bulls de New York jusqu'à la fin de la saison 2014.

Ancien capitaine des Bleus, champion du monde de 1998, champion d'Europe de 2000, mais aussi gagnant de la Ligue des Champions avec le club de Barcelone au printemps 2009, celui qu'on surnomme « Titi » devient la deuxième grande vedette du ballon rond à faire le saut outre-Atlantique au sein d'une MLS qui gagne de plus en plus en crédibilité sur la planète foot.

La MLS, un cimetière de vedettes déchues? Le principal intéressé s'en défend bien.

« Je viens ici pour gagner », lance-t-il aux quelques centaines de journalistes réunis pour l'occasion. « À ce que je sache, ma carrière n'est pas terminée, je suis ici pour le plaisir de jouer et je suis un grand amoureux de la ville de New York où je viens passer mes vacances depuis 1996. »

Force est d'admettre que les options étaient moins attrayantes auprès des clubs européens. Restreint à seulement quatre petits buts en 32 matchs avec Barça la saison dernière et relégué à un rôle de substitut, puis pratiquement écarté de la pitoyable épopée des Bleus en Afrique du Sud cet été, force est d'admettre que Thierry Henry a bel et bien ralenti.

Ce passage en MLS est donc davantage une association avec New York plus que toute autre chose pour l'attaquant de 33 ans qui a annoncé plus tôt en journée qu'il ne remettrait plus le maillot des Bleus.

Sur la pelouse de son nouveau domicile sportif, Thierry Henry semble soulagé d'un poids énorme, sachant qu'il n'aura pas à faire face à la pression médiatique et populaire à laquelle il a été confronté depuis son arrivée à Arsenal, il y a 11 ans. Sous un tonnerre de flashes de caméras et entouré de messages de bienvenue en français sur les tableaux indicateurs entourant le stade, le Français sourit. Il a un nouveau chez lui.

Chez les décideurs de la MLS, on se réjouit de cette embauche. « L'arrivée de Henry n'aurait peut-être pas pu se faire sans celle de Beckham », affirme Don Garber, commissaire du circuit. Déjà plusieurs intervenants travaillent pour que la prochaine annonce du genre n'attende pas trois autres années. D'ici la fin de la période des transferts le 14 août? « Je ne peux pas m'avancer », lance Garber après une légère hésitation, sourire en coin.

Thierry HenryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thierry Henry

Photo : AFP / Franck Fife

Outre Henry, le grand gagnant de cette opération est l'empire Red Bull, propriétaire de la franchise qui vient d'investir près de 200 millions $US dans la construction du nouveau stade du club à Harrison, dans le New Jersey, à 20 minutes à l'ouest de Manhattan.

Pour remplir les 25 000 sièges de ce bijou architectural, à la fois intime, confortable et qui transpire la prospérité, il fallait une vedette de renom, le mariage était donc parfait. Pour attirer de tels joueurs, il faut leur faire une offre alléchante sur le plan financier. La plupart des joueurs ciblés gagnent plus à eux seuls en Europe que le plafond salarial de $ 2,55 millions imposé aux équipes pour la saison 2010.

Question de permettre la mise sous contrat de ces joueurs d'exception, la ligue a élaboré en 2007 la règle du joueur désigné (baptisée la « règle Beckham »).

Ainsi donc, chaque équipe a le droit de mettre sous contrat deux joueurs désignés, dont 335 000 $ de leur salaire s'applique au plafond salarial de l'équipe. Le reste du montant est versé par les propriétaires impliqués.

Modification au règlement début 2010, les équipes ont maintenant le droit de se procurer un troisième poste de joueur désigné au sein de leur alignement, mais elles doivent verser pour se faire une sorte de « taxe de luxe » de 250 000 $ à la ligue, montant qui sera partagé entre les équipes qui n'ont pas mis sous contrat de troisième joueur désigné.

Thierry Henry devient le neuvième joueur désigné de l'histoire de la MLS, le cinquième depuis le début de 2010.

La durée de l'accord entre Henry et la MLS fait en sorte qu'on peut espérer le voir venir affronter l'Impact en 2012 au stade Saputo. Entre-temps, il a rendez-vous au BMO Field quand les Red Bulls rendront visite au Toronto FC, le mercredi 11 août. Puis, Vancouver aura aussi l'occasion d'accueillir le meilleur buteur de l'histoire de la sélection française quand les Whitecaps feront leur entrée dans le circuit en 2011.

Les joueurs désignés en MLS

  • 2007 David Beckham (ANG) Los Angeles - 6,5 millions $
  • 2007 Juan Pablo Angel (COL) New York - 1,9 million $
  • 2009 Fred Ljunberg (SUE) Seattle - 1,3 million $
  • 2009 Julian de Guzman (CAN) Toronto - 1,7 million $
  • 2010 Landon Donovan (É.-U.) Los Angeles - 2,1 millions $
  • 2010 Blaise Nkufo (SUI) Seattle - 480 000 $
  • 2010 Branko Boskovic (MTN) DC United - N/A
  • 2010 Mista (ESP) Toronto - N/A
  • 2010 Thierry Henry (FRA) New York - N/A

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !