•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une succession de scandales

Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs membres du clergé ont été condamnés pour des agressions sur des mineurs au pays au cours des dernières années, du simple abbé à un évêque.



Scandale après scandale, le clergé a dû encaisser les conséquences de nombreux cas d'agressions sexuelles. Alors que le Vatican a rendu publiques ses nouvelles règles en la matière, nous revenons sur plusieurs cas au Canada et ailleurs dans le monde.

Au pays, la Commission de témoignage et de réconciliation sur les pensionnats autochtones a commencé ses audiences à Winnipeg en juin dernier. En outre, le pape Benoît XVI a exprimé, en avril 2009, ses regrets pour les sévices subis par des milliers d'enfants autochtones dans les pensionnats dirigés par des prêtres catholiques.

Au cours du siècle dernier, environ 150 000 jeunes Autochtones de 5 à 16 ans ont été envoyés dans ces pensionnats. Plusieurs y ont subi des sévices sexuels.

D'autres cas individuels ont aussi fait la manchette.

Ce prêtre d'Ottawa est accusé d'avoir agressé deux adolescents dans les années 70.

Le père Lavoie fait face à 18 chefs d'accusations, dont ceux d'attentat à la pudeur et d'agression sexuelle. Onze garçons, d'anciens étudiants du séminaire Saint-Alphonse à Sainte-Anne-de-Beaupré, disent avoir été victimes de lui entre 1973 et 1985.

Le curé de la paroisse Sacré-Coeur, à Québec, a été condamné à 18 mois de prison. Une quarantaine de fois entre 1979 et 1981, Paul-Henri Lachance, maintenant âgé de 78 ans, a attenté à la pudeur d'une fillette de six à huit ans.

L'abbé Pichette a été condamné à 21 mois de prison en janvier 2007 pour huit accusations d'attentat à la pudeur le 30 novembre 2006. Les crimes se sont produits au centre Val-du-Lac et au camp Chez grand-maman entre 1952 et 1975. Les victimes étaient cinq hommes et trois femmes, qui étaient enfants au moment des faits.

Trois hommes accusent ce prêtre d'agressions sexuelles il y a plus de 50 ans, alors qu'ils étaient âgés de 11 à 15 ans. Le père LeBlanc est décédé depuis plus de 35 ans, mais les plaignants poursuivent l'archidiocèse d'Halifax.

L'ex-évêque d'Antigonish est accusé de possession et d'importation de matériel pornographique juvénile. Le procès criminel relié à ces accusations débutera en avril 2011 à Ottawa.

L'ex-prêtre ontarien Bernard Prince purge une peine de prison de 4 ans pour des agressions sexuelles commises sur 13 enfants. En avril dernier, le Globe and Mail a obtenu une lettre révélant que le Vatican et l'Église canadienne avaient dissimulé pendant des années ses agissements.

Ailleurs dans le monde

Aux Pays-Bas, une commission indépendante a révélé que des dizaines de milliers d'enfants néerlandais ont été victimes d'agressions sexuelles dans les institutions catholiques du pays entre 1945 et 2010, et que les responsables de l'Église n'ont pas agi pour y mettre fin.

Aux États-Unis, quelque 5000 prêtres ont agressé sexuellement environ 14 000 enfants et adolescents sur plusieurs décennies. Ce dossier a d'ailleurs marqué la visite du pape en territoire américain en 2008.

En Irlande, le rapport d'une commission d'enquête publié en novembre dernier a conclu que l'archevêché de Dublin avait camouflé des agressions sexuelles commises par des prêtres sur des enfants pendant quatre décennies, jusqu'au milieu des années 90. Le pape Benoît XVI a présenté des excuses de l'Église.

En Allemagne, environ 300 cas de pédophilie ont été rapportés par les médias au début de l'année. Certains cas ont éclaboussé le pape Benoît XVI, qui était à l'époque archevêque de Munich.

En Belgique, l'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a démissionné en avril dernier après avoir reconnu qu'il avait « abusé d'un jeune » garçon de son entourage, il y a plusieurs années.

D'autres pays ont aussi connu leur lot de cas d'agressions, comme la Norvège.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !