•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles règles du Vatican

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi

Photo : AFP / Filippo Monteforte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Vatican rend publiques ses nouvelles normes en matière d'agressions sexuelles. Dans le même document, l'ordination des femmes est qualifiée de « grave » infraction.

Après la succession de scandales de pédophilie au sein du clergé, le Vatican a rendu publiques ses nouvelles règles en la matière, jeudi.

Les nouvelles normes assimilent également les agressions sexuelles sur des handicapés mentaux à la pédophilie et introduisent le délit de pédopornographie pour possession de matériel concernant des jeunes de 14 ans ou moins. Elles ont été élaborées par la Congrégation pour la doctrine de la foi, présidée par le cardinal américain William Levada, et contresignées par le pape Benoît XVI.

Ce sont « des procédures accélérées pour régler les cas les plus urgents et graves », a expliqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Le texte prévoit la possibilité de faire appel à des laïcs comme membres des tribunaux ecclésiastiques.

Les nouvelles procédures ne comprennent pas d'« ordre explicite » aux Églises locales concernées de s'adresser à la justice civile. Le père Lombardi a rappelé toutefois que « toujours suivre les dispositions de la loi civile » était déjà inscrit dans les procédures publiées en avril sur le site du Vatican.

Par ailleurs, les règles portent la prescription des faits de 10 à 20 ans après que la victime a atteint l'âge de 18 ans.

Une association américaine de victimes, le SNAP (Survivors Network of those Abused by Priests), a jugé ces mesures insuffisantes, les résumant en quelques mots : « à côté de la plaque ».

Par ailleurs, ce document intitulé « Normes sur les délits les plus graves » aborde également la tentative d'ordination de femmes, qui entraîne déjà l'excommunication automatique, l'hérésie, l'apostasie et le schisme.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !