•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau « bouchon » fonctionne

Fuite de pétrole arrêtée dans le golfe du Mexique
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lors de tests importants sur son nouvel entonnoir, la pétrolière parvient à arrêter l'écoulement de pétrole dans le golfe du Mexique pour la première fois depuis avril.

Lors d'un test crucial, jeudi, BP a réussi à arrêter, pour la première fois depuis avril, l'écoulement de pétrole dans le golfe du Mexique provoqué par une explosion sur la plateforme Deepwater Horizon.

Un dirigeant de la pétrolière a fait cette déclaration après la fermeture de la dernière des trois valves du nouvel entonnoir, baptisé Top Hat 10, placé sur le puits lundi, à 1500 mètres de profondeur.

Le test visait à évaluer la résistance, sous la pression, du puits endommagé, étape nécessaire avant de le sceller pour stopper définitivement la fuite. La pétrolière britannique doit mesurer cette pression afin de vérifier si le puits peut être condamné sans que des fuites se produisent ailleurs dans sa structure.

Les résultats permettront de déterminer si l'entonnoir géant de 75 tonnes peut entrer en fonction.

La pétrolière britannique a répété plus tôt que le test de résistance durerait de 6 heures à 48 heures et que ses ingénieurs restaient vigilants afin de repérer toute fuite éventuelle.

L'opération a dû être reportée à cause d'une fuite détectée sur un conduit lors des préparatifs précédant le lancement du test. La fuite a été réparée au cours de la nuit de mercredi à jeudi.

Les actions de BP ont bondi à la Bourse de New York, jeudi. Le titre a fini la séance en hausse de 7,57 % à 38,92 $ US.

La Maison-Blanche et BP prudentes

Dans quelques jours, cela pourrait être encore plus encourageant, mais non, ne crions pas encore victoire.

Une citation de :Doug Suttles, directeur d'exploitation de BP

« C'est bon de voir que le pétrole ne s'échappe plus dans le golfe du Mexique », a déclaré le vice-président de BP, Kent Wells, qui a toutefois tenté de modérer les attentes.

Le groupe britannique insiste sur le fait que le nouveau dispositif utilisé n'a encore jamais été déployé « à cette profondeur et dans ces conditions ».

« Nous venons tout juste de démarrer le test », a ajouté le vice-président de BP, précisant qu'il était trop tôt pour savoir si la fuite était définitivement arrêtée.

Le président Barack Obama s'est réjoui de la nouvelle, mais a émis la même mise en garde.

C'est un signe positif, [mais] nous sommes toujours dans une phase de test.

Une citation de :Le président Obama

M. Obama, qui est régulièrement tenu informé des progrès des opérations, a indiqué qu'il s'exprimerait à nouveau sur le sujet vendredi.

BP bannie de l'exploration pétrolière aux États-Unis?

Mercredi, la commission des Ressources naturelles de la Chambre des représentants a adopté un texte qui pourrait empêcher BP et d'autres pétrolières d'explorer des gisements gaziers et pétroliers pendant sept ans.

Cette sanction s'appliquerait aux entreprises ayant connu plus de dix morts sur leurs installations à la suite d'infractions à la réglementation sur la santé ou sur l'environnement.

Si cet amendement démocrate passait les différentes étapes législatives, BP tomberait sous le coup d'une telle interdiction. L'entreprise a admis sa culpabilité dans un accident au Texas en 2005 ayant entraîné la mort de 15 personnes. Quant à l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, qui a tué 11 personnes, l'enquête se poursuit pour en déterminer les causes.

Une fermeture complète envisageable

Si le puits résiste à la pression pendant 48 heures, il pourra être fermé indéfiniment, avait expliqué plus tôt cette semaine l'amiral à la retraite Thad Allen, chargé des opérations de nettoyage pour le compte de l'administration fédérale américaine.

Dans le cas contraire, BP devra changer de stratégie. Elle devrait colmater la fuite avec une armada de bateaux chargés de récupérer le pétrole en surface. Le pétrole pourrait alors être siphonné ou brûlé.

S'il fonctionne, le nouvel entonnoir devrait permettre de contenir intégralement le pétrole qui se déverse dans l'océan. Selon les autorités américaines, le puits perd entre 35 000 et 60 000 barils par jour, des données contestées par certaines évaluations indépendantes, qui évoquent jusqu'à 100 000 barils par jour.

Selon BP, 749 100 barils de pétrole ont été récupérés depuis le mois d'avril dernier.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !