•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confusion sur le sort du cargo libyen

Le bateau affrété par la Fondation Kadhafi au port de Lavrio, en Grèce, avant le départ pour Gaza.

Le bateau affrété par la Fondation Kadhafi au port de Lavrio, en Grèce, avant le départ pour Gaza.

Photo : AFP / Louisa Gouliamaki

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des informations contradictoires circulent au sujet de la destination du cargo libyen, qui est par ailleurs immobilisé par une panne de moteur et toujours sous étroite surveillance israélienne.

Des messages contradictoires circulent sur le bateau transportant de l'aide humanitaire pour Gaza, qu'a affrété la Fondation de Seif el-Islam Kadhafi, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Des officiers militaires israéliens ont affirmé mardi sous couvert de l'anonymat que le capitaine du cargo avait consenti à changer de route et dévié son cap vers le port égyptien de Al-Arich, dans la péninsule du Sinaï, près de Gaza, soumise à un blocus maritime.

La marine israélienne continuera cependant à surveiller le bateau, au cas où il s'agirait d'un subterfuge, ont-ils ajouté. Israël n'a cependant rien annoncé officiellement.

Un responsable égyptien a de son côté précisé que le navire avait demandé et obtenu l'autorisation pour accoster en Égypte. Les passagers et la cargaison médicale, a-t-il ajouté, seront autorisés à entrer dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah.

La fondation libyenne a pourtant déclaré que le bateau poursuivait sa route vers l'enclave palestinienne, en dépit de nouvelles mises en garde israéliennes. « Le navire se dirige toujours vers Gaza et ne changera pas de direction », a soutenu son directeur exécutif Youssef Sawan.

L'association caritative a en outre réaffirmé dans un communiqué « la nature humanitaire et pacifique de cette mission et renouvelle son appel à toutes les parties afin de permettre au navire d'atteindre sa destination finale ».

« Les autorités israéliennes nous ont donné jusqu'à ce soir minuit [heure locale] pour changer de direction vers le port d'Al-Arich. Sinon, elles menacent d'intercepter le bateau avec leur marine de guerre », a pour sa part déclaré par téléphone satellitaire un représentant de la fondation libyenne, Machallah Zwei, qui est à bord.

L'ultimatum a été démenti par un porte-parole militaire israélien. Plus tôt, l'armée israélienne a indiqué qu'elle était entrée en contact avec l'équipage et que « la marine se préparait à arrêter le navire ».

En soirée, le cargo Amalthéa était immobilisé par une panne de moteur et encerclé par huit navires de guerre israéliens, selon l'organisation qui l'a affrété. Cette dernière affirmation a toutefois été démentie par Jérusalem.

Parti samedi soir de la Grèce, le cargo Amalthéa devait accoster mercredi matin à Gaza. Selon la Fondation Kadhafi, il est « chargé de 2000 tonnes d'aide humanitaire sous forme de nourriture et de médicaments ». Outre 12 membres d'équipage de diverses nationalités, neuf personnes (six Libyens, un Nigérien, un Marocain et un Algérien) sont à bord.

L'assaut, le 31 mai, par des commandos de la marine israélienne d'une flottille d'aide à Gaza patronnée par une ONG turque avait coûté la vie à neuf militants civils turcs, soulevant une vague de protestation internationale.

Depuis, Israël a décidé récemment d'alléger l'embargo imposé depuis trois ans à la bande de Gaza.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !