•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc continue de réclamer des réponses

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les bloquistes demandent toujours qu'une enquête soit menée par le Comité de la sécurité publique à Ottawa pour faire la lumière sur les abus policiers dont auraient été victimes des manifestants lors du Sommet du G20 à Toronto.

Le Bloc québécois tient mordicus à ce qu'une enquête soit menée par le Comité de la sécurité publique à la Chambre des communes pour faire la lumière sur les abus policiers dont auraient été victimes des manifestants lors du Sommet du G20 à Toronto.

Le député Guy André en compagnie de Andrew GroarkeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député Guy André en compagnie de Andrew Groarke

Le député bloquiste de Berthier-Maskinongé, Guy André, a d'ailleurs rencontré la presse, lundi, en compagnie de l'un des deux Trifluviens qui ont été arrêtés par les policiers le 27 juin dernier.

Andrew Groarke affirme qu'il était logé par un syndicat étudiant dans un gymnase, où se trouvaient d'autres personnes.

Le jeune manifestant soutient que les policiers ont fait irruption à cet endroit vers 8 h pour procéder à de nombreuses arrestations préventives.

M. Groarke dit ensuite avoir été amené dans un centre de détention temporaire où il aurait été ridiculisé parce qu'il était Québécois et francophone.

Le jeune homme affirme aussi qu'il n'a pas pu se nourrir convenablement lors de sa détention et qu'il a craint pour sa santé, puisqu'il est diabétique. « Il y a tout plein de scénarios catastrophes qui jouent dans ta tête. J'ai eu peur un peu pour mon diabète quand même. Les docteurs qui étaient là ne voulaient pas trop me faire confiance. Mon taux montait et descendait. Je n'ai pas pu me piquer aux heures régulières. Je n'avais pas de nourriture sur moi, alors si jamais je commençais à tomber trop bas, il n'y avait rien que je pouvais faire », indique Andrew Groarke.

Le Trifluvien dit aussi avoir été très gêné lorsque les policiers l'ont fouillé à nu.

Pour le député Guy André, une enquête doit être menée pour déterminer si les droits des manifestants ont été bafoués lors du Sommet du G20. « C'est grave. Je pense que les jeunes ont le droit de manifester. Ils ont le droit de s'intéresser à la politique. Ils ont le droit de questionner. Le droit de manifester, c'est un droit démocratique qui n'a pas été respecté dans le cadre du G8 et du G20. »

Plus de 900 personnes ont été arrêtées lors du Sommet du G20 à Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !