•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis veulent calmer le jeu

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton

Photo : AFP / Drew Angerer/Pool

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton dit que Washington tient à ses nouvelles relations positives avec Moscou, malgré l'arrestation aux États-Unis de présumés espions à la solde de la Russie. Parmi eux, trois sont gardés en détention.

Après Moscou, c'est au tour de Washington de tenter d'éviter que l'arrestation aux États-Unis de présumés espions à la solde de la Russie ne dégénère en incident diplomatique.

Vendredi, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a déclaré que Washington tenait à ses « nouvelles » relations « positives » avec Moscou, malgré le démantèlement de ce présumé réseau d'espionnage.

« Nous tenons à construire une nouvelle relation positive avec la Russie. Nous regardons vers l'avenir », a affirmé Mme Clinton en réponse à une question sur cette affaire, lors d'un passage en Ukraine.

La secrétaire d'État américaine s'est toutefois abstenue de commenter directement l'affaire.

Jeudi, un des présumés espions a avoué avoir travaillé pour le Service de renseignement extérieur russe (SVR).

Vendredi, ce sont deux des dix suspects arrêtés qui ont admis être russes. Ils ont d'ailleurs révélé leur identité. De plus, une juge de Virginie a ordonné de maintenir en détention trois des présumés espions par crainte qu'ils puissent s'enfuir. Ils devront se présenter à une audience préliminaire mercredi prochain devant le même tribunal d'Alexandria.

D'autre part, un porte-parole de l'ambassade des États-Unis à Chypre a catégoriquement démenti les informations publiées dans des médias locaux selon lesquelles un présumé espion dont on a perdu la trace était détenu dans l'enceinte de l'ambassade.

Christopher Robert Metsos, l'un des onze suspects interpellés dans l'affaire, a été arrêté mardi à l'aéroport de Larnaca, à Chypre, au moment où il s'apprêtait à prendre un vol pour Budapest, en Hongrie. L'homme qui est âgé de 54 ou 55 ans a été libéré sous caution.

L'espionne qui m'aimait

Un Britannique qui dit être l'ex-mari d'une des présumées espionnes a raconté que son ancienne femme était la fille d'un ex-cadre haut placé du KGB qui « contrôlait tout dans sa vie ». « J'ai pensé qu'elle ferait n'importe quoi pour son père », a-t-il ajouté.

Photo tirée d'une page Facebook et présentant une femme qui serait Anna Chapman.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo tirée d'une page Facebook et présentant une femme qui serait Anna Chapman.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo

Lors d'un entretien au Daily Telegraph, Alex Chapman a soutenu que son ex-femme, Anna Chapman, était à l'origine insouciante, mais qu'elle s'est transformée en quelques années en une personne « arrogante et odieuse ». M. Chapman soutient que sa femme s'est mise à fréquenter de plus en plus de gens riches et puissants.

Il allègue aussi qu'elle lui avait parlé de son père, Vassili Kouchtchenko, décrit comme un cadre de haut rang du KGB. « Anna m'a dit que son père avait occupé une position élevée dans la hiérarchie du KGB. Elle a dit qu'il avait été un agent dans la "vieille Russie" », a expliqué M. Chapman, qui ajoute ne pas avoir été surpris de son arrestation.

Alex Chapman a expliqué avoir rencontré sa future femme, qui s'appelait alors Anna Kouchtchenko, à une fête à Londres en 2001. Âgés respectivement de 21 et 19 ans, ils se sont mariés cinq mois plus tard à Moscou. Le couple a divorcé en 2006, mais avait maintenu le contact.

La jeune femme a travaillé à Londres pendant plusieurs années. « Je ne pense pas qu'elle travaillait en tant qu'espionne ici, mais je pense qu'elle était conditionnée à cette fin », a précisé M. Chapman.

Anna Chapman suscite un vif intérêt dans les médias du monde entier. En plus d'être un présumé membre d'un réseau d'espionnage digne de la guerre froide, elle est présentée comme une femme fatale, en raison de sa flamboyante chevelure rousse et de ses yeux verts.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !