•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ça déménage!

Déménagement

Photo : La Presse canadienne / André Forget

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de milliers de personnes vont changer d'adresse au Québec. Un sondage indique toutefois que 87 % des Québécois qui déménagent sont peu préparés.

Comme à chaque 1er juillet, des dizaines de milliers personnes vont déménager au Québec, jeudi.

Mais en cette période de déménagements dans la province, un sondage Léger Marketing indique que 87 % de ceux qui changeront de domicile ont le sentiment de ne pas être prêts à faire face aux nombreux obstacles du déménagement.

Le sondage, effectué auprès de 1051 personnes, révèle que 64 % des Québécois ne connaissent pas tous les aspects légaux entourant l'achat d'une maison ou d'un condominium.

Le pourcentage s'élève à 78 % chez les jeunes âgés entre 18 et 24 ans.

Selon Hydro-Québec, plus de 700 000 déménagements, dont 225 000 dans l'île de Montréal, ont été effectués l'an dernier. Parmi les personnes qui déménagent, nombreuses sont celles qui viennent d'acheter leur première maison ou leur premier condo.

Le sondage a été fait sur Internet du 14 au 20 juin 2010. La marge d'erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

Manque de logements

Par ailleurs, beaucoup de familles québécoises ne parviennent pas à trouver un logement convenant à leurs besoins, se retrouvant ainsi sans logis à compter du 1er juillet.

Selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), environ 150 familles sont dans cette situation dans l'ensemble de la province.

Le FRAPRU invite d'ailleurs ces ménages à s'adresser aux services d'urgence de leur municipalité.

L'organisme explique que dans les régions de Québec et de l'Abitibi, c'est la pénurie générale de logements locatifs qui est cause.

À Québec, par exemple, le taux d'inoccupation des logements est de 0,4 %, le plus bas taux au pays.

Ailleurs, comme à Montréal ou à Sherbrooke, l'obstacle principal est le coût élevé des loyers.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !