•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fable de l'arbre et de la fourmi

Des fourmis

Un sphinx capturé par une aile sur un lobe de feuille, on voit des ouvrières en position de chasse sur la droite de la photo.

Photo : CNRS/ECOFOG

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une espèce de fourmi d'Amérique du Sud utilise le principe du velcro pour s'agripper fermement aux feuilles d'un arbre et ainsi pouvoir capturer de grosses proies.

Une symbiose bien particulière entre un insecte et un arbre a été observée en Amérique du Sud. Une espèce de fourmi utilise le principe du velcro pour s'accrocher fermement aux feuilles d'un arbre, ce qui lui permet de capturer de grosses proies.

Selon le chercheur français Alain Dejean, du laboratoire Écologie des forêts de Guyane, cette relation entre les fourmis du genre Azteca et l'arbre Cecropia est commune.

Des fourmis à la chasseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette photo représente des ouvrières en chasse sous une jeune feuille. Une guêpe noire a été capturée et est écartelée au centre du lobe de la feuille

Photo : CNRS/ECOFOG

Le Cecropia fournit l'espace vital des fourmis ainsi qu'une partie de la nourriture, et elles, de leur côté, protègent l'arbre des envahisseurs.

Ces fourmis ont mis au point une stratégie de chasse basée sur une organisation bien articulée.

D'abord, les ouvrières se placent côte à côte sous la bordure des feuilles de l'arbre et attendent l'arrivée éventuelle de proies venues se poser pour trouver un abri ou manger les feuilles.

La partie inférieure des feuilles de cet arbre présente une ramification de poils qui constitue en quelque sorte la partie velours sur laquelle se posent les griffes des fourmis formant ainsi la partie crochets.

Cette technique permet à une fourmi de maintenir jusqu'à plus de 5000 fois son poids. La plus grosse proie capturée observée par les auteurs est un criquet de plus de 18 grammes, soit 13 350 fois le poids d'une ouvrière.

Le détail de cette observation est l'objet d'un article publié dans le journal PLoS ONE.

Le saviez-vous?

Le Cecropia est l'arbre emblématique de la Guyane. Il est aussi appelé bois canon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !