•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Montréalais déterminés à s'exprimer

Des manifestants au départ de Montréal

Des manifestants au départ de Montréal

Radio-Canada

Quelques centaines de Montréalais s'apprêtent à prendre part aux manifestations qui se tiendront à Toronto, en marge des sommets du G8 à Huntsville et du G20, à Toronto.

Tôt, vendredi matin, environ 240 personnes sont montées à bord de cinq autobus scolaires au centre-ville de Montréal. Destination : Toronto, où ces Montréalais se joindront à d'autres groupes d'opposants qui manifesteront leur opposition aux sommets du G8 et du G20.

Quatre autres autobus doivent partir plus tard, vendredi, de la métropole québécoise, pour emmener les manifestants à Toronto.

Le sommet du G8 s'ouvre vendredi à Huntsville. Le sommet du G20 se tiendra à compter de samedi à Toronto. Les manifestants qui souhaitent dénoncer ces deux rencontres internationales se heurteront à un important dispositif de sécurité, qui les empêchera de s'approcher des lieux de rencontre. Certains manifestants se disent déterminés à faire tomber les barrières les éloignant du coeur de l'action.

La paix, la démocratie et la liberté d'expression

Les manifestants montréalais appartiennent dans l'ensemble à des organisations étudiantes et à des organismes communautaires. Ils sont regroupés au sein de la CLAC (Convergence des luttes anti-capitalistes) et du RAG (Regroupement anti-G20).

Équipés de sacs de couchage, ces opposants aux sommets qui se tiennent à Huntsville et à Toronto comptent passer quelques jours dans la métropole ontarienne. Ils sont déterminés à faire entendre leur voix. « Je pars pour le G20 pour dire qu'il y a des gens qui ne sont pas d'accord avec ce qui se passe, explique une jeune manifestante. Cela se fait d'une manière qui n'est pas démocratique. Ce n'est pas parce qu'il y a des mesures de sécurité là-bas que ça empêchera les gens de s'exprimer. »

Une autre manifestante affirme que son action vise aussi à dénoncer les agissements des forces policières, qui exercent selon elle de la répression à l'encontre des groupes pacifistes. « Je pense qu'il y a beaucoup d'intimidation [...] C'est épeurant et c'est important de le dire à Toronto. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !