•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mourir dignement chez soi

Même s'ils sont plus de 86 % à souhaiter finir leurs jours à la maison, moins d'un Canadien sur dix a la possibilité de le faire. À Verdun, un programme de soins palliatifs à domicile montre pourtant que cela est possible.

Personnes agées(archives)

Mourir dans la dignité et chez soi est le souhait de la grande majorité des personnes âgées canadiennes : leur proportion atteint 86 %.

Pourtant au Québec, ce choix n'est accessible qu'à quelques-uns seulement en raison de la complexité des soins palliatifs qui doivent leur être administrés.

La situation n'est toutefois pas la même partout et certains exemples de réussite suscitent l'intérêt. C'est le cas de Mme Gauthier, âgée de 84 ans.

Elle a reçu un diagnostic de cancer de l'estomac et a préféré revenir chez elle pour finir ses jours dans le confort de son foyer et de ses habitudes, à Montréal : « l'hôpital, c'est le fun, tu te fais soigner, t'es bien. Mais quand t'es bien, t'es mieux chez vous ».

Mme Gauthier reçoit la visite d'une infirmière trois fois par semaine dans son appartement et, lorsque la situation devient critique, c'est un médecin qui s'y présente.

L'accent est mis sur l'écoute et sur une approche plus humaine, selon les intervenants.

Lorsque vous êtes à l'hôpital, vous êtes en survie. Lorsque vous êtes à la maison, vous n'êtes plus un patient malade, vous êtes un vivant

Dre Geneviève Deschènes, médecin omnipraticienne

Moins de 10 % des patients peuvent choisir cette option au Québec, ce qui est une aberration, selon le docteur Robert marchand, chef du service de soins palliatifs à l'hôpital de Verdun.

Il est à l'origine du programme de soins palliatifs à domicile dans le secteur de Verdun : « Bientôt, on n'aura plus assez de béton et de mortier parce qu'il y a une population de bayboomers qui s'en vient. Moi, je voudrais que l'argent que nous avons ne serve pas au mortier, mais à donner des services ».

Il s'agit de donner des services plus efficaces, poursuit le médecin, qui souligne que ce programme a permis de diminuer les hospitalisations en fin de vie de plus du tiers à l'hôpital de Verdun, ce qui permet de désengorger l'établissement et d'effectuer plus de chirurgies.

L'équipe du Dr Marchand est composée de 6 infirmières, d'un travailleur social, d'un psychologue et de plusieurs médecins mobiles. Chaque année l'équipe rencontre en moyenne 412 patients à domicile

L'équipe du docteur Marchand, ainsi que de nombreux patients, espèrent que le gouvernement du Québec généralisera cette expérience.

D'après un reportage d'Yvan Côté