•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La carence en vitamine D s'explique aussi par la génétique

Des vitamines

Des vitamines

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Des variations sur trois sites génétiques sont nettement associées à la concentration de vitamine D dans le sang, montre une équipe internationale de chercheurs.

Des variations sur trois sites génétiques qui sont nettement associées à la concentration de vitamine D dans le sang ont été découvertes par une équipe internationale de chercheurs, dont l'un est de l'Institut Lady Davis à Montréal.

Le Dr Brent Richards et ses collègues ont effectué une étude associative sur le génome de 34 000 personnes d'origine européenne pour déterminer ces variations.

La médecine savait depuis plusieurs années que des facteurs génétiques avaient une influence aussi importante que l'environnement sur le taux de vitamine D. Ils n'avaient cependant jamais été décrits par des recherches antérieures.

Selon les présents travaux, les personnes les plus menacées présentent un risque de 2 à 2,5 plus grand de souffrir de carence en vitamine D. En outre, l'impact de ces gènes égale ou surpasse même la prise d'un supplément de vitamine D.

Cette vitamine est importante pour la santé des os et des tissus musculaires. Une insuffisance dans l'organisme est liée à l'augmentation du gras corporel, à l'affaiblissement musculaire et à diverses maladies comme :

  • le cancer;
  • l'ostéoporose;
  • le diabète;
  • les maladies cardiovasculaires;
  • les maladies auto-immunes.

Cet hiver, Statistique Canada annonçait que 10 % des Canadiens, soit environ 3 000 000 personnes, affichaient un taux sanguin déficient en vitamine D. De ce nombre, 1 100 000 présentaient carrément une carence en vitamine D.

Plusieurs médecins et chercheurs affirment que les Canadiens doivent absorber plus de vitamine D, que ce soit dans leur alimentation ou grâce à des suppléments, afin d'atténuer l'impact du manque de lumière associé au climat nordique durant l'hiver.

Le Dr Richards rappelle que les gens ne doivent pas se mettre à consommer de fortes doses de vitamine D. Il est, selon lui, important de comprendre si les suppléments peuvent protéger les porteurs.

Des études de suivis sont menées afin de déterminer si les porteurs de ces gènes doivent prendre des doses plus fortes de suppléments de vitamine D.

Dr Richards

Les auteurs affirment aussi qu'il est important de comprendre si ces gènes interagissent avec les facteurs environnementaux comme l'exposition au soleil et la prise de suppléments.

Le détail de ces travaux est publié dans The Lancet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !