•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape demande pardon

Le pape Benoît XVI a présenté ses excuses place Saint-Pierre.

Le pape Benoît XVI a présenté ses excuses place Saint-Pierre.

Photo : AFP / Tiziana Fabi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Devant 15 000 prêtres rassemblés place Saint-Pierre, le pape Benoît XVI demande explicitement pardon aux victimes d'agressions sexuelles. Il promet de faire tout son possible pour que cela ne se reproduise plus.

Au Vatican, le pape Benoît XVI a explicitement demandé pardon aux victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres et a promis qu'il ferait tout son possible pour que cela ne se reproduise plus.

Ces excuses ont été faites dans le cadre d'une homélie prononcée lors d'une messe célébrée en clôture de l'année sacerdotale sur la place Saint-Pierre de Rome, devant 15 000 prêtres venus d'une centaine de pays.

« Il est arrivé qu'au cours de cette année de joie pour le sacrement du sacerdoce soient venus à la lumière les péchés des prêtres, en particulier l'abus à l'égard des petits », a déploré le pape.

Nous demandons avec insistance pardon à Dieu et aux personnes impliquées, et nous promettons de faire tout ce qui est possible pour que de tels abus ne puissent jamais plus survenir.

Une citation de :Benoît XVI

Le pape a en outre promis que l'Église mettrait en place davantage de contrôles pour les candidats à la prêtrise. « Nous ferons tout notre possible pour mesurer l'authenticité de leur vocation », a-t-il dit.

Benoît XVI soutient que la communauté des prêtres catholiques, qui compte 400 000 membres dans le monde, devait considérer les scandales d'agressions sexuelles et ses répercussions comme « un devoir de purification », pour eux et pour l'Église.

Depuis la publication en Irlande cet automne d'un rapport faisant état de centaines d'agressions sexuelles commises sur des enfants par des prêtres couverts par leurs évêques, les révélations troublantes sur des agissements de prêtres se sont multipliés dans le monde.

Le pape a lui-même été accusé d'avoir fermé les yeux dans certains dossiers.

La demande de pardon du pape n'a pas calmé les associations de victimes, notamment celle du Réseau des survivants abusés par des prêtres (SNAP). « Il faut une politique mondiale de l'Église catholique contre les crimes de pédophilie par des prêtres et leur large occultation. Et nous ne l'avons toujours pas », a regretté la présidente du groupe, Barbara Blaine.

L'organisation BishopAccountability.org s'est dite déçue que le pape n'évoque pas la responsabilité des évêques qui ont déplacé les prêtres pédophiles de paroisse en paroisse plutôt que de les défroquer ou de les traduire en justice.

« Il n'a pas saisi l'occasion qui s'offrait de reconnaître sa propre responsabilité, de rendre compte du rôle de la hiérarchie dans le viol brutal de milliers d'enfants dans le monde, et de soutenir des mesures des autorités laïques qui permettraient de résoudre la crise », dit l'organisation dans un communiqué.

Au Canada, la présidente de l'Association des victimes de prêtres, France Bédard, a qualifié les excuses formelles du pape de « bon premier pas ». Elle dit s'attendre à ce que le cardinal Marc Ouellet présente aussi ses excuses officielles aux victimes.

Mme Bédard exige en outre que l'Église mette sur pied un programme d'indemnisation pour les victimes de prêtres pédophiles. Les victimes, dit-elle, doivent également avoir accès à de la thérapie, puisqu'elles souffrent toujours.

Elle souhaite enfin que les prêtres reconnus coupables soient expulsés de l'Église.

Avec les informations de Agence France-Presse, La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !