•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Banque mondiale inefficace

Au Swaziland, un patient souffrant de tuberculose dans un cabinet médical.

Au Swaziland, un patient souffrant de tuberculose dans un cabinet médical.

Photo : AFP / Stephane de Sakutin

Radio-Canada

Un rapport de la fondation Gates conclut que les programmes de santé de la Banque mondiale en Afrique sont inefficaces.

Les programmes d'aide à la santé de la Banque mondiale en Afrique sont inefficaces, selon un rapport de la fondation Bill et Melinda Gates.

Sous le titre Aide sans résultat, le rapport conclut qu'il n'y a guère d'indices permettant de conclure que l'approche adoptée par la Banque mondiale est un succès.

Ainsi, plusieurs milliards de dollars injectés en Afrique subsaharienne depuis dix ans par la Banque mondiale et ses partenaires ont été largement inefficaces.

Le rapport de la fondation Gates remet en cause l'efficacité de l'approche sectorielle appelée « SWAps » (sector-wide approaches) pour contrôler la tuberculose.

Le document indique que le taux de réussite de cette approche en matière de contrôle de la tuberculose n'a pas dépassé 20 %.

Ces programmes de la Banque mondiale, dans des pays où les cas de tuberculose sont nombreux, prévoient rarement des mesures précises à la fois pour détecter dans la population les personnes atteintes et pour les soigner.

En 2008, on a dénombré 9,4 millions de nouveaux cas de tuberculose et 1,8 million de décès, dont 44 % en Afrique, où la majorité des personnes infectées n'a pas été diagnostiquée.

La publication de ce rapport coïncide avec la prochaine conférence des pays donateurs, durant laquelle la Banque mondiale va s'efforcer d'obtenir plusieurs milliards de dollars de nouveaux fonds « en faisant valoir que son assistance est plus que jamais nécessaire » dans le contexte de crise mondiale, a relevé Paul Jensen, coauteur du rapport.

Les auteurs de ce rapport soulignent, par ailleurs, que le groupe d'évaluation indépendant des programmes de la Banque est récemment parvenu aux mêmes conclusions qu'eux.

Avec les informations de Agence France-Presse