•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Écolier

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Conseil scolaire francophone (CSF) en a assez des discussions qui n'aboutissent à rien avec le gouvernement de la province.

Le CSF, la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique et une trentaine de parents ont déposé une poursuite en Cour suprême de la Colombie-Britannique contre le gouvernement pour qu'il respecte son obligation constitutionnelle d'offrir une instruction équivalente dans les deux langues.

Ils souhaitent l'obtention de services équivalents à ceux offerts dans les conseils scolaires anglophones. Une vingtaine d'écoles sont concernées dans ce dossier.

Selon l'avocat chargé de la poursuite, Mark Power, les motivations du CSF et des parents sont très claires. Ils veulent sauver les jeunes francophones de l'assimilation. Ils espèrent aussi obtenir de nouvelles écoles.

« On veut essayer de régler le problème structurel. Donc, de réussir à modifier le système de sorte qu'à l'avenir on tienne compte au ministère de l'Éducation des besoins des parents en matière d'installations scolaires de sorte à éviter ce type de litige à l'avenir », précise M. Power.

Dans les faits, des parents francophones choisissent depuis quelque temps d'inscrire leurs enfants dans des écoles anglaises pour obtenir une meilleure éducation.

Il s'agit de la plus importante poursuite du genre au Canada. Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique gère 38 écoles qui comptent au total 4370 élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !