•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de la loya jirga

Discussion entre des membres de la jirga

Discussion entre des membres de la jirga

Photo : AFP / Massoud Hossaini

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les membres de la loya jirga s'entendent sur une série de propositions, dont la négociation avec les insurgés, pour mettre fin à la guerre.

Les 1600 membres de la loya jirga sont tombés d'accord sur une série de mesures à prendre pour mettre fin à la guerre en Afghanistan.

Parmi les mesures préconisées, on retrouve la libération des prisonniers talibans, la création d'une commission chargée de négocier avec les insurgés et le retrait des noms des talibans de la liste noire de l'ONU.

Le vice-président de la jirga, Qiamuddin Kashaf, a indiqué que les représentants des tribus et de la société civile demandaient au gouvernement de mettre en place une commission dotée d'une « large base » représentant toutes les tendances dans le pays et chargée de conduire les efforts de paix avec les talibans.

« Pour la mise en oeuvre du processus de paix et la mise en oeuvre des décisions de la jirga, une commission investie d'une forte autorité, une choura (conseil) de la paix doit être établie », a déclaré M. Kashaf.

Ce conseil ou commission doit être composé « de personnalités honnêtes », chefs tribaux, députés et membres de l'insurrection qui ont renoncé à la violence. « Cette choura (conseil) doit s'occuper des problèmes des prisonniers, de leur libération et de leur réintégration » dans la vie civile, a-t-il précisé.

La loya jirga avait été convoquée par le président Hamid Karzaï dans le cadre de ses tentatives d'ouvrir des négociations avec les talibans.

Jirga et loya jirga

Le mot jirga provient de la langue pachtou qui veut dire « assemblée » ou « réunion ». Le terme loya provient de la même langue et veut dire « grande », ainsi loya jirga veut dire grande assemblée.

Jirga et loya jirga sont deux structures traditionnelles afghanes.

La jirga est une assemblée tribale locale composée d'hommes âgés. Les membres de cette structure prennent des décisions dans le domaine de la gouvernance de la tribu.

La loya jirga est une structure plus large qui rassemble les jirga locales et des personnalités publiques. Celle-ci se réunit occasionnellement pour prendre des décisions importantes qui concernent le destin du pays.

La première loya jirga s'est réunie en 1747 pour désigner le premier roi d'Afghanistan, Ahmad Khan Abdali. En 1916, la loya jirga s'est réunie pour déclarer la neutralité du pays dans la Première Guerre mondiale.

Cependant, les insurgés, dont les kamikazes ont lancé mercredi une attaque manquée à l'ouverture de la loya jirga, avaient boycotté l'assemblée, la qualifiant d'« outil de propagande des forces d'occupation ».

Les talibans maintiennent leur position : ils ne dialogueront pas avant un retrait total des troupes internationales.

Le chef du conseil des oulémas, Qiamuddin Kashaf, avait décrit la jirga comme la « dernière chance » des Afghans pour trouver une solution pacifique.

Les forces étrangères n'ont pas été capables de ralentir la guerre; au contraire, la guerre s'est intensifiée ces neuf dernières années.

Le chef du conseil des oulémas, Qiamuddin Kashaf

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déclaré, de son côté, que les États-Unis voulaient être « pleinement informés » des efforts du président afghan en vue de réintégrer les talibans dans la vie civile à condition qu'ils divorcent d'avec Al-Qaïda.

La jirga est la troisième à se tenir depuis la chute des talibans fin 2001. Les précédentes avaient visé à doter le pays d'un leader provisoire - Hamid Karzaï, élu depuis à deux reprises à la tête du pays - et d'une Constitution.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !