•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maires St-Hilaire et Vaillancourt fustigent Gérald Tremblay

Gilles Vaillancourt, maire de Laval, Jean Charest, premier ministre du Québec, et Gérald Tremblay, maire de Montréal, lors de l'inauguration des stations de métro de Laval, le 26 avril 2007

Le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, le premier ministre Jean Charest et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, lors de l'inauguration des stations de métro de Laval, le 26 avril 2007.

Photo : La Presse canadienne / Peter McCabe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le rejet par Montréal d'un tarif régional pour les usagers du métro de Longueuil et de Laval soulève l'ire de Caroline St-Hilaire et de Gilles Vaillancourt.

Les maires de Laval et de Longueuil s'expliquent mal le rejet par Montréal de la proposition de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) sur les tarifs de métro dans les banlieues.

Rappelons que l'AMT a suggéré jeudi dernier une diminution des tarifs pour Laval et une augmentation moins abrupte que celle prévue pour les résidents de Longueuil.

Selon l'administration Tremblay, le compromis de l'AMT est insatisfaisant pour Montréal, car il coûterait aux Montréalais entre 2 et 4 millions de dollars.

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, qui, à l'instar de son collègue lavallois, trouve plus équitable la proposition de l'Agence métropolitaine de transport, ne comprend pas la position du maire de Montréal.

[Gérald Tremblay] a accepté que ce soit l'AMT qui nous propose des solutions. Je ne comprends pas qu'il refuse les propositions de l'AMT et je ne comprends surtout pas qu'ils les refusent avant même qu'on en ait discuté.

Caroline St-Hilaire

Le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, se montre plus virulent à l'endroit du maire de Montréal.

Je pense que Montréal manque de respect vis-à-vis de ses partenaires, manque de respect vis-à-vis de son propre vote qu'il a fait à la Communauté métropolitaine de Montréal et se fout de la gueule de tout le monde autour de la table.

Gilles Vaillancourt

Mme St-Hilaire a demandé au maire Tremblay de convoquer le comité exécutif de la CMM afin de se pencher sur la question le plus rapidement possible.

Une mésentente qui ne date pas d'hier

La question du tarif du métro en banlieue divise les villes depuis l'ouverture des stations de Laval.

Outré du fait que le métro coûte plus cher à Laval qu'à Longueuil, le maire de Laval refusait de payer la quote-part de sa ville. La Société de transport de Montréal a donc décidé en février dernier que les tarifs à Longueuil passeraient de 70 $ à 111 $ par mois.

Au comité exécutif de la CMM, la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a suggéré que l'Agence métropolitaine de transport arbitre le litige. Les maires de Longueuil de Laval et de Montréal avaient accepté à l'époque de se soumettre à cet arbitrage.

D'après un reportage de Francine Plourde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !