•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour détecter la bombe en préparation

Une bombe artisanale

L'entrepôt d'une entreprise spécialisée en dynamitage dans les Laurentides a été pris d'assaut par cinq hommes cagoulés et armés.

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Un système portable qui détectera les sites où sont produites des substances utilisées dans des attaques terroristes est actuellement mis au point par des chercheurs européens.

Une équipe européenne, pilotée par l'Agence suédoise de recherche pour la défense, développe actuellement un système portable qui détectera les sites où sont produites des substances utilisées pour commettre des actes terroristes.

L'instrument créé dans le cadre du projet LOTUS (Localisation of threat substances in urban society) pourra être installé dans des véhicules de police et utilisé lors de patrouilles régulières, afin de détecter toute activité de fabrication de bombes artisanales en zone urbaine.

Outre la détection d'explosifs, le système pourra aussi repérer des sites de production de drogues.

Un prototype sera disponible d'ici 2011. Il utilisera la technologie GPS (système de positionnement mondial) pour révéler des informations comme :

  • le type de substance émise
  • la localisation
  • la quantité
  • l'heure

Ces données seront ensuite transmises par un réseau sans fil aux forces policières pour un examen plus approfondi.

L'un des éléments principaux de LOTUS sera un capteur qui mesurera la présence de peroxyde d'hydrogène, un ingrédient utilisé lors d'attentats, comme celui dans le métro de Londres en juillet 2005.

La préparation d'une telle opération demande beaucoup de temps. D'après les calculs des experts, il faut environ un mois pour fabriquer une bombe dans une cuisine, comme pour celle du métro de Londres.

Nous nous assurons également de pouvoir mettre à jour nos capteurs, dans le cas où un terroriste parviendrait à trouver d'autres moyens de fabriquer une bombe.

Dr Henric Östmark

Le prototype sera testé dans quelques mois à Stockholm, la capitale suédoise, ainsi que dans une autre ville européenne indéterminée.

Avec les informations de Cordis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !