•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agrandir pour protéger

Caribous forestiers
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nature Québec propose d'agrandir le parc de la Gaspésie pour mieux protéger l'habitat du caribou forestier.

Nature Québec, un organisme voué à la cause environnementale, propose d'agrandir le parc de la Gaspésie pour mieux protéger l'habitat du caribou forestier et pour tenter d'éloigner les prédateurs.

« L'ours et le coyote présentement bénéficient des coupes forestières pour leur alimentation. Ça les amène là où il y a du caribou. C'est quand même des prédateurs. Ils s'attaquent aux faons. Donc, si on essaye de recréer un habitat favorable au caribou, on espère protéger l'espèce des prédateurs », explique Édith Cadieux, biologiste chargée de projet à Nature Québec.

En effet, au cours des cinquante dernières années, la population de caribous forestiers n'a cessé de diminuer. L'exploitation minière et les activités forestières ont détruit son habitat. Depuis l'automne dernier, l'espèce est classée menacée et pourrait s'éteindre si rien n'est fait pour la protéger.

« D'abord l'intégration de zones à l'intérieur des limites du parc de la Gaspésie. Créer une zone tampon de 5 kilomètres de largeur tout autour du parc où les activités forestières, de chasse et de pêche sont permises. Et troisième composante, utiliser les réserves fauniques pour faire des aires protégées qui autoriseraient les activités forestières, la chasse et la pêche », explique Jean-Philippe Guay, qui est ingénieur forestier.

Cet agrandissement du parc de la Gaspésie s'intégrerait en fait à d'autres projets d'aires protégées dans les secteurs de Mont-Saint-Pierre et de la MRC de Matane.

Selon la direction du parc, le projet devra cependant franchir bien des étapes avant de devenir une réalité.

« La proposition va être reçue par la ministre, qui aura des décisions à prendre. Et si ça va de l'avant, il devrait y avoir des audiences publiques, puis un décret qui scelle le tout et crée le nouveau périmètre du parc. Ça va dépendre du consensus social », souligne Francois Boulanger

Au sud du fleuve du Saint-Laurent, il ne reste plus qu'un troupeau de 179 caribous forestiers, qui vivent sur les hauts plateaux des Chic-Chocs et du massif McGerrigle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !