•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre milliards sur trois ans

Forêt
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Norvège affirme que les pays riches ont décidé d'augmenter leur aide à la lutte contre la déforestation, responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre.

À la veille d'une conférence internationale sur la déforestation qui se tiendra à Oslo, le gouvernement norvégien a annoncé mercredi que les pays riches allaient porter leur aide à au moins quatre milliards de dollars sur trois ans pour lutter contre la déforestation.

Lors de la conférence de Copenhague en décembre, six pays (États-Unis, Norvège, Japon, Royaume-Uni, France et Australie) avaient annoncé qu'ils consacreraient 3,5 milliards de dollars à cette fin de 2010 à 2012.

Cette somme augmentera en raison de la participation de nouveaux pays, notamment l'Allemagne.

« C'est une grosse somme, mais il en faudra plus à long terme parce que les profits liés à la déforestation sont énormes dans certains pays et qu'il faut beaucoup d'argent pour dédommager » les populations qui y renoncent, a déclaré Erik Solheim, ministre norvégien de l'Environnement.

Selon les estimations, la déforestation représente de 17 à 20 % des émissions globales de gaz à effet de serre, soit plus que tous les modes de transport réunis.

Partenariat

La Norvège, qui consacre chaque année 500 millions de dollars à cette cause, devait signer mercredi un accord bilatéral avec l'Indonésie.

La Croix-Rouge distribue de l'eau à Port-au-PrinceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Croix-Rouge distribue de l'eau à Port-au-Prince.

Photo : AFP / Thony Belizaire

Déforestation comprise, l'Indonésie est le troisième émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine et les États-Unis. Avec le Brésil, ce pays représente plus de 50 % de la déforestation au niveau mondial.

La Norvège a déjà signé des accords bilatéraux avec le Brésil et le Guyana. Oslo verse ainsi 5 $ par tonne de CO2 évitée grâce aux mesures de protection de la forêt amazonienne brésilienne, un chiffre à comparer aux quelque 20 $ que coûte la tonne de CO2 sur le marché européen du carbone.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !