•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre morts dans un accident d'avion

Les experts du Bureau de la sécurité des transports sont à l'île aux Grues

Les experts du Bureau de la sécurité des transports sont à l'île aux Grues

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau de la sécurité des transports a ouvert une enquête sur l'écrasement du petit avion qui a fait quatre morts, mercredi, à l'île aux Grues. Les insulaires, pour leur part, sont ébranlés par la tragédie.

Un petit avion Cessna 172 de la compagnie Sassair, propriété d'Aéropro, s'est écrasé mercredi vers 15 h 30 dans un champ de l'île aux Grues, dans la région de Chaudière-Appalaches.

Les quatre personnes qui se trouvaient dans l'avion sont mortes. Michel Gagnon, âgé de 59 ans, et Raynald Turgeon, âgé de 49 ans, ont perdu la vie dans cet accident.

La police confirme aussi l'identité de la pilote Marie-Pierre Dumas, âgée de 25 ans. L'identité de la quatrième victime demeure toujours inconnue. Une autopsie devra être pratiquée.

L'avion s'est écrasé en après-midi mercrediAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avion s'est écrasé en après-midi mercredi

D'après un témoin, l'avion volait à basse altitude près du clocher de l'église et le moteur connaissait des difficultés. Le pilote aurait tenté de poser son avion d'urgence dans un champ. Toutefois, l'appareil aurait heurté une butte de terre et fait des tonneaux avant de prendre feu. Des passagers ont été éjectés de l'avion, mais personne n'a survécu.

L'avion effectuait des vols nolisés touristiques. L'appareil était parti de Québec plus tôt dans la journée en direction de l'île aux Grues. Il venait de décoller pour revenir à Québec quand il s'est écrasé.

Les insulaires sous le choc

Plusieurs avions se rendent chaque jour à l'île aux Grues. Le maire de la municipalité de Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues, Frédéric Poulin, mentionne qu'il n'a jamais vu de tels accidents à l'île, mais que des accidents mineurs surviennent à l'occasion.

« C'est sûr qu'avec le lot de pilotes d'avions privés qui viennent à l'île durant la saison touristique, on voit souvent des manoeuvres hasardeuses, des fois des bris mécaniques ou des accidents sans conséquence grave. C'est plus de la tôle froissée, des roues arrachées ou des hélices pliées, mais de ce niveau-là, moi, je n'en avais jamais vu », affirme le maire.

Des parents ont aussi eu des sueurs froides, car huit enfants de l'île prennent l'avion quotidiennement pour pouvoir se rendre à l'école à Montmagny. La Commission scolaire de la Côte-du-Sud a indiqué que les jeunes ébranlés par la tragédie ont été rencontrés par des psychologues.

Des experts du Bureau de la sécurité des transports ont ouvert une enquête. Toutes les hypothèses sont envisagées, dont une erreur de pilotage ou un bris mécanique. La carlingue du Cessna fait l'objet d'une expertise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !