•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pesticides montrés du doigt

Enfant
(archives)
Radio-Canada

Des chercheurs des universités de Montréal et Harvard associent l'exposition aux pesticides à l'apparition d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants.

L'exposition à certains pesticides contribue à l'apparition d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants (THADA), démontrent des chercheurs américains et canadiens.

La chercheuse Maryse F. Bouchard et ses collègues des universités de Montréal et Harvard affirment avoir découvert un lien entre l'exposition à de fortes concentrations de pesticides, du malathion notamment, et le développement du THADA.

Les travaux ont porté sur 1139 enfants vivants aux États-Unis. Les concentrations de pesticides ont été mesurées à l'aide d'échantillons d'urine.

D'autres études ont déjà montré que les pesticides organophosphorés pouvaient causer une hyperactivité et des déficits cognitifs chez les animaux.

Notre étude révèle que l'exposition aux organophosphorés pendant l'enfance, et donc le développement, pourrait avoir des effets persistants sur le système nerveux et provoquer des comportements de type THADA tels que des troubles de l'attention et des déficits cognitifs.

Maryse F. Bouchard

Le TDAH touche environ 5 % des enfants. Des recherches montrent que plus de la moitié d'entre eux gardent des symptômes à l'âge adulte.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Pediatrics.

Cette recherche a été financée par l'Institut de recherche en santé du Canada et l'Institut de recherche en santé et environnement des États-Unis (National Institute of Environmental Health Sciences).