•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC perquisitionne

Bureau d'Immigration International 911 à Montréal
Bureau d'Immigration International 911 à Montréal

La GRC procède à des perquisitions dans les bureaux de Jean-Michel Labelle, ce conseiller en immigration au lourd passé criminel.

Une quinzaine d'enquêteurs de la GRC se sont présentés mercredi matin aux bureaux de Jean-Michel Labelle rue Saint-Antoine, à Montréal.

Trois mois après nos reportages sur ce conseiller en immigration au lourd passé criminel, Jean-Michel Labelle continue ses activités. Après les Haïtiens, il semble avoir cette fois démarché les Chinois avec des procédés douteux.

Les enquêteurs ont fouillé les bureaux d'Immigration internationale 911 et ceux de Ressources humaines international où il poursuit ses activités. Contrairement à une associée, la GRC n'a pas pu arrêter l'individu.

Il s'agissait d'une perquisition en cours d'enquête pour obtenir des preuves sur les activités de Jean-Michel Labelle en Chine.

Une avocate qui est sa partenaire d'affaires, Me Annabella Cosme, était sur les lieux. Pour le moment, elle n'est pas visée par les perquisitions et a refusé de commenter.

En janvier, des centaines d'Haïtiens d'origine s'étaient tournés vers Immigration 911 pour le parrainage de leurs proches après le séisme. Radio-Canada révélait alors que Jean-Michel Labelle, la tête dirigeante de l'entreprise, avait été trouvé coupable à sept reprises de fraude et escroquerie.

Jean-Michel Labelle purgeait depuis septembre une peine d'un an de prison avec sursis, c'est-à-dire dans la communauté. Il s'agit d'une peine bien clémente selon des criminalistes.

Le 16 mars dernier, Jean-Michel Labelle a contacté un agriculteur de Saint-Constant pour qu'il embauche des ressortissants chinois. Il s'agit de Laurent Cousineau, directeur des Jardins Paul Cousineau.

Radio-Canada : C'est bien cet individu-là ?
Laurent Cousineau : Oui.
Radio-Canada : Son vrai nom, c'est Jean-Michel Labelle.
Laurent Cousineau : Ah bon, parce que sur ses cartes d'affaires, il se nomme Michel Brazeau.

L'usage de faux est une infraction criminelle passible de 10 ans d'emprisonnement. Jean-Michel Labelle lui a présenté un dossier complet avec la fiche de 15 candidats chinois prétendument prêt à travailler.

C'est louche, je n'en connais pas d'agences qui tiennent des travailleurs dans un tiroir, surtout qui viennent de Chine. [...] Il me garantissait un service 24 h.

Laurent Cousineau

Jean-Michel Labelle ne savait sans doute pas qu'il avait affaire à un expert dans le domaine puisque Les Jardins Cousineau embauchent chaque année une centaine de travailleurs mexicains.

Selon nos sources, Jean-Michel Labelle s'est rendu en Chine à l'automne pour recruter de la main-d'oeuvre chinoise. Plus de 200 Chinois lui auraient confié des centaines de milliers de dollars. Ils risquent de tout perdre. Le gouvernement délivre rarement des visas temporaires à des travailleurs agricoles originaires de la Chine.

D'après un reportage de Benoît Giasson