•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépôt d'une requête en injonction

Radio-Canada

Le conseil de bande d'Uashat-Maliotenam dépose sa requête en injonction interlocutoire contre le projet hydroélectrique de La Romaine et l'aménagement des lignes de transport.

Le conseil de bande d'Uashat-Maliotenam (ou Uashat Mak Mani-Utenam) a déposé vendredi, à Montréal, sa requête en injonction interlocutoire contre le projet hydroélectrique de La Romaine et l'aménagement des lignes de transport.

Cette requête des Innus devrait être étudiée par la cour le 6 juillet prochain.

La bande de Sept-Îles s'oppose depuis le début à la construction de quatre centrales hydroélectriques sur la rivière Romaine.

Les autochtones estiment que ce projet porte atteinte aux droits constitutionnels autochtones protégés par l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

En juin 2009, les 3800 Innus d'Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam (ITUM) ont déposé une requête en injonction permanente à la Cour supérieure du Québec.

Le dépôt vendredi d'une requête d'injonction interlocutoire vient réaffirmer la détermination des Innus. « Nous affirmons notre pleine souveraineté sur nos terres traditionnelles et nous nous opposons à tout développement sans notre consentement », a précisé le chef Georges-Ernest Grégoire.

Les pourparlers entre Hydro-Québec et la bande innue de Sept-Îles achoppent principalement sur la construction des lignes de transport qui achemineront l'électricité du complexe La Romaine jusqu'aux postes des Montagnais et Arnaud. Ces lignes doivent être construites en plein coeur des territoires ancestraux revendiqués par les Innus.

Dès le départ, le chef de la communauté de Sept-Îles, Georges-Ernest Grégoire, a demandé à Québec d'inclure l'examen du tracé des lignes de transport dans le projet global du complexe de la Romaine. Le conseil de bande considérait que la construction du complexe de quatre centrales était indissociable du transport électrique. Cette demande n'a pas eu d'écho.

En mars 2009, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a recommandé la construction du complexe, sans considérer l'ajout des lignes de transport.

Hydro-Québec a offert 4 millions de dollars en compensation à la bande de Sept-Îles.

La somme a été jugée insuffisante.

Par ailleurs, cette semaine, le BAPE a tenu sa première rencontre d'information sur la construction de la ligne de transport.

Les travaux de construction du complexe hydroélectrique de 1550 MW sur la rivière Romaine ont été lancés il y a près d'un an et doivent se poursuivre jusqu'en 2020. La mise en service de la première des quatre centrales est prévue en 2014.

Hydro-Québec estime que le projet de la Romaine coûtera 8 milliards de dollars. L'aménagement des lignes de transport est évalué à 1 milliard de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !