•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSST serre la vis aux entrepreneurs

Chantier de construction

Photo : Archives

Radio-Canada

À compter du 1er juillet, les amendes imposées aux entrepreneurs qui ne respectent pas les règles de sécurité vont doubler.

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) durcit les sanctions imposées aux entrepreneurs qui ne respectent pas les règles de sécurité. À partir du 1er juillet, les amendes imposées en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail vont doubler, pour ensuite tripler à compter du 1er janvier 2011.

Par conséquent, les amendes imposées aux sous-traitants et aux maîtres d'oeuvre vont varier de 1500 $ à 300 000 $, selon la nature de l'infraction.

La CSST souhaite ainsi amorcer un rattrapage pour rejoindre la moyenne canadienne.

Le directeur de l'Association provinciale des constructeurs d'habitations (APCHQ) en Estrie craint que les entrepreneurs aient de la difficulté à contrôler tous les travailleurs qui se trouvent sur leur chantier. « Si un entrepreneur général a un couvreur qui est sur son chantier et qu'il ne respecte pas la sécurité et qu'il a une amende de 10 000 $ ou de 15 000 $ et que sur un autre chantier trois mois après, c'est un briqueteur-maçon qui a une autre amende, bien c'est une récidive. Mais c'est deux corps de métiers différents, c'est deux entreprises différentes, mais le général ou le maître d'oeuvre, pour eux, c'est une récidive. Ça devient super onéreux, super difficile à contrôler aussi », indique Sylvain Mathieu.

Jacques Fortin, un entrepreneur, redoute également de devoir jouer à la police avec les sous-traitants qui seront embauchés sur ses chantiers. « Ça va être très lourd à porter vis-à-vis des sous-traitants », dit-il.

Plus de 104 000 accidents de travail ont eu lieu au Québec en 2008 et 95 travailleurs ont perdu la vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !