•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propos qui choquent

Nancy Ruth

Nancy Ruth

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposition dit voir le vrai visage des conservateurs lorsque la sénatrice Nancy Ruth somme des manifestants qui dénonçaient le refus du gouvernement de financer des programmes de santé maternelle, dont l'avortement, dans des pays en voie de développement, de « la fermer ».

Des propos tenus dans un langage très familier par la sénatrice conservatrice Nancy Ruth ont soulevé l'indignation de l'opposition.

« Fermez vos [...] de gueules! [Shut the fuck up!] », a lancé la sénatrice conservatrice Nancy Ruth à un groupe de manifestants sur la colline Parlementaire, venu protester contre le refus du gouvernement conservateur de financer des programmes de santé maternelle, dont l'avortement, dans des pays en voie de développement.

Selon la sénatrice, si les manifestants persistaient, le premier ministre Stephen Harper pourrait durcir sa position sur l'avortement, même au Canada.

Mme Ruth a expliqué aux journalistes qu'il ne s'agissait pas d'un avertissement lancé aux manifestants, mais juste d'un conseil.

Tout en se disant sensible à la cause des femmes qui ont été déstabilisées par la décision du gouvernement, elle a affirmé qu'elle voulait juste que les manifestants se taisent pendant « cinq semaines », le temps qui reste avant le début de la réunion du G8 où des décisions devront être prises sur la question de la santé maternelle.

L'opposition voit le vrai visage des conservateurs

Les explications de la sénatrice n'ont pas convaincu l'opposition, à la Chambre des communes.

Selon le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, les paroles de la sénatrice dévoilent les véritables intentions du gouvernement conservateur, soit de rouvrir le débat sur l'avortement.

« Ce qui se dit au caucus conservateur, ils ne le disent pas ici, ils ne veulent pas en parler ici, mais ils se préparent à changer les choses, c'est ça leur vraie face », a lancé Gilles Duceppe.

« Le modèle conservateur est très clair, c'est une culture qui dit clairement : "si vous n'êtes pas d'accords avec le gouvernement, vous êtes finis, ne parlez pas, fermez la! Ça, c'est la position du gouvernement », a ajouté le libéral Bob Rae.

Le député conservateur Denis Lebel a voulu tempérer les choses. M. Lebel a affirmé que les propos de Nancy Ruth étaient « inacceptables » et s'est dissocié de sa position. « La sénatrice Ruth ne parle pas au nom du gouvernement. Personne ne veut aborder cette question et nous ne rouvrirons pas le débat sur l'avortement », a-t-il assuré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !