•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'État d'urgence s'étend

Photo prise d'un hélicoptère, à Port Eads, en Louisiane. Des barrières flottantes ont été installées pour tenter de protéger les côtes.

Photo prise d'un hélicoptère, à Port Eads, en Louisiane. Des barrières flottantes ont été installées pour tenter de protéger les côtes.

Photo : La Presse canadienne / AP/The Times-Picayune, Ted Jackson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après la Louisiane et la Floride, l'Alabama et le Mississippi décrètent à leur tour l'État d'urgence face à la marée noire qui a commencé à toucher les côtes américaines. Le président Barack Obama se rendra dimanche matin dans la région du golfe.

Après la Louisiane et la Floride, l'Alabama et le Mississippi décrètent à leur tour l'État d'urgence face à la marée noire qui devrait toucher les côtes américaines d'ici dimanche.

La superficie de la nappe de pétrole au large des côtes de la Louisiane a triplé en moins de deux jours. Elle est maintenant de 10 000 kilomètres carrés, menaçant l'écosystème de la côte.

Selon les garde-côtes, 6 millions de litres de brut se sont déjà déversés. La Louisiane a été atteinte jeudi soir, et on craint que la marée noire atteigne le Mississippi, l'Alabama et la Floride d'ici lundi. Surtout qu'on prévoit de forts vents et une mer agitée toute la fin de semaine.

Quelque 800 000 litres de pétrole s'échappent chaque jour du puits sous la plateforme de forage qui a explosé, puis sombré la semaine dernière. Deux nouvelles fuites auraient été découvertes dans la colonne sous la plateforme de forage, selon un journal local qui cite des documents gouvernementaux.

Deux autres plateformes pétrolières ont dû cesser leurs opérations dans le Golfe pour raisons de sécurité et une plateforme a été évacuée par mesure de précaution

Cette nappe de pétrole menace non seulement nos marais et nos pêcheries, mais aussi notre mode de vie.

Bobby Jindal, gouverneur de la Louisiane.

Jusqu'à maintenant, tous les efforts pour colmater la fuite ont échoué.

BP tente toujours de fermer à la source la valve de sécurité du puits en utilisant ses quatre engins sous-marins, mais sans succès. La pétrolière fabrique aussi un énorme « couvercle » qui doit être posé au fond de la mer pour boucher la sortie du puits, mais c'est un travail de longue haleine. La compagnie doit aussi commencer à forer des puits de secours pour réduire la pression.

La pétrolière britannique BP a demandé l'aide du Pentagone, et Washington a pressé la pétrolière de redoubler d'efforts pour contenir l'immense nappe de pétrole.

Les plus grands déversements de pétrole aux États-Unis

  • 2005 : Plus de 27 millions de litres se déversent au large de la Nouvelle-Orléans après le passage de l'ouragan Katrina
  • 1989 : Plus de 162 millions de litres se répandent en Alaska après le naufrage du pétrolier Exxon Valdez

Obama attendu dimanche

Le président Barack Obama, qui se rendra sur place dimanche, a décrété la marée noire « catastrophe nationale », ce qui lui permet de mobiliser toutes les ressources du pays. Il a aussi suspendu tous les projets de forage pétrolier jusqu'à ce que la lumière soit faite sur les causes de cette catastrophe.

Selon le président Obama, 1900 fonctionnaires fédéraux dotés de 300 bateaux et aéronefs se trouvent dans la région.

BP critiquée

Des pêcheurs de crevettes accusent la pétrolière BP de négligence.

Selon une analyse du programme d'exploration et de l'impact environnemental que l'Associated Press s'est procurée, British Petroleum a minimisé la possibilité d'un accident.

Dans un document daté de février 2009, BP affirme qu'il est improbable ou virtuellement impossible qu'un accident sur la plateforme Deepwater Horizon, située à 80 km des côtes, puisse provoquer une marée noire.

Pour Mark Floegel, un responsable de Greenpeace qui se trouvait en Louisiane samedi, cela « pourrait devenir un cauchemar ». « Je m'attends à ce que très très peu de pétrole soit récupéré, ce qui veut dire que la plus grande partie va finir dans les marais », menaçant la survie des oiseaux et des tortues marines notamment, a-t-il dit.

Le 20 avril dernier, une explosion a entraîné la mort probable de 11 personnes portées disparues et l'effondrement de la plate-forme appartenant à Transocean dans la mer.

Cette plateforme était exploitée par BP, qui avait un contrat avec le groupe Halliburton. Plusieurs plaintes accusent des ouvriers d'Halliburton d'avoir mal bouché le puits, ce que le groupe dément.

Le président Barack Obama a demandé au ministre de l'Intérieur Ken Salazar de présenter d'ici 30 jours un rapport sur les nouvelles technologies nécessaires pour renforcer les garde-fous et empêcher que des forages en haute mer ne causent des marées noires.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !