•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vannes restent ouvertes

La Petitcodiac

La Petitcodiac

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La cour rejette la demande d'injonction contre l'ouverture des vannes du pont-jetée sur la rivière Petitcodiac, au Nouveau-Brunswick.

La Cour du Banc de la Reine, au Nouveau-Brunswick, rejette la demande d'injonction temporaire d'un groupe qui tente de forcer le gouvernement provincial à refermer les vannes du pont-jetée sur la rivière Petitcodiac.

Les autorités provinciales ont ouvert les vannes la semaine dernière dans le but à long terme de restaurer la rivière.

La demande d'injonction provenait de l'Association de préservation du lac Petitcodiac. Ce groupe est formé de résidents des environs du lac artificiel qui s'était formé en amont du pont-jetée. Leur avocat a soutenu en cour que la province a agi dans l'illégalité, car elle n'a pas rempli toutes les conditions qu'elle promettait pour protéger la population.

Ces arguments n'ont pas convaincu le juge Paul Creaghan, qui estime que la province a pris les mesures nécessaires pour protéger les gens de la pollution et d'inondation. Le juge dit aussi que le gouvernement surveille la situation de près.

Selon le juge, il n'y a aucune preuve que l'ouverture des vannes cause un dommage irréparable aux gens. Il ajoute que la fermeture des vannes, par contre, nuirait trop au plan provincial de restauration de la rivière.

De plus, le juge explique que la beauté d'un cours d'eau est une question de perception, et qu'il est difficile de mesurer objectivement la diminution de cette perception quand le lac redevient une rivière.

Le groupe environnemental des Sentinelles de la Petiticodiac, qui militait pour l'ouverture des vannes, se réjouit de la décision de la cour.

Je pense que le juge a pris la décision appropriée. Il a dit que le droit public est plus important que les intérêts privés. Alors aujourd'hui, c'est encore un cas où la rivière est vraiment la gagnante.

Tim Van Hinte, directeur général des Sentinelles de la Petitcodiac

Les porte-parole de l'Association de préservation du lac Petitcodiac refusent de commenter la décision de la cour. Ils ne précisent pas non plus s'ils comptent entreprendre d'autres démarches juridiques.

Une longue lutte

Rivière PetitcodiacAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pont-jetée sur la rivière Petitcodiac.

Le cours de la rivière Petitcodiac en aval du pont-jetée a progressivement rétréci depuis la construction de cette structure, en 1968. Elle a été surnommée « rivière chocolat » en raison de son envasement.

Le débat sur ce pont-jetée divise la collectivité depuis des décennies. Environ 500 personnes étaient présentes sur les berges lors de l'ouverture des vannes, qui a provoqué un concert d'acclamations et de protestations.

Le plan des autorités provinciales prévoit le remplacement du barrage par un pont. Le coût total du projet est estimé à 68 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !