•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission de l'évêque de Bruges

Une photo datant du 19 décembre 1984 de Roger Vangheluwe après sa nomination comme évêque de Bruges.

Une photo datant du 19 décembre 1984 de Roger Vangheluwe après sa nomination comme évêque de Bruges.

Photo : AFP / BELGA ARCHIVES

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir reconnu qu'il avait abusé d'un jeune garçon il y a plusieurs années, l'évêque Roger Vangheluwe démissionne.

Un autre scandale de pédophilie touchant l'Église vient d'être rendu public en Belgique.

L'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu qu'il avait « abusé d'un jeune » garçon de son entourage, il y a plusieurs années. Le pape Benoît XVI a accepté la démission, selon un communiqué du Vatican.

« Quand je n'étais pas encore évêque et également un certain temps après, j'ai abusé sexuellement d'un jeune de mon entourage proche. La victime en est encore marquée », a déclaré l'évêque dans une lettre lue par le chef de l'Église belge, André-Joseph Léonard, lors d'une conférence de presse.

Par cette décision, l'Église belge veut « tourner la page par rapport à l'époque pas si éloignée, dans l'Église et ailleurs, où l'on préférait le silence », a ajouté le primat de Belgique. Un autre responsable catholique a expliqué qu'il n'existait aucune indication que l'évêque vivait un tel problème.

Par ailleurs, l'Église a demandé à tous les auteurs d'agressions sexuelles de se dénoncer à la justice et aux victimes de porter plainte.

L'Église belge a décidé de jouer la transparence. Elle vient de faire état de la confirmation en appel de la condamnation à la prison d'un prêtre belge pour viol et attentat à la pudeur sur un mineur, et avait présenté ses excuses à la victime pour ces actes « graves ».

Ce prêtre avait dirigé les choeurs lors du mariage de l'héritier du trône belge, le prince Philippe, avec la princesse Mathilde, le 4 décembre 1999.

Nouvel archevêque de Belgique depuis janvier, André-Joseph Léonard avait dénoncé le 4 avril dans une homélie un « silence coupable » au sujet de la pédophilie dans l'Église.

Accusations « sans fondements »

Aux États-Unis, l'avocat du Vatican, Jeffrey Lena, qualifie de « complètement privées de fondements » des accusations lancées contre le pape et deux cardinaux au nom d'une victime d'un prêtre pédophile de l'État du Wisconsin.

Une victime présumée du prêtre américain Lawrence Murphy, accusé de pédophilie, a déposé jeudi une plainte contre le Vatican et le pape pour tenter de rendre publiques les enquêtes internes de l'Église catholique sur des cas de pédophilie en son sein.

La plainte vise également deux cardinaux : le numéro deux du Vatican, le secrétaire d'État Tarcisio Bertone et son prédécesseur Angelo Sodano.

Un tribunal fédéral du Wisconsin a reçu jeudi la plainte d'une victime présumée de Lawrence Murphy, qui est accusé d'avoir agressé sexuellement plus de 200 garçons dans une institution pour enfants sourds du Wisconsin dès les années 1950.

L'avocat de la victime présumée, Jeff Anderson, indique que « la plainte demande la démission de tous les prêtres qui ont blessé des enfants et de tous les évêques et cardinaux qui ont été complices de ces crimes ».

« Il y a une longue et douloureuse histoire concernant le Vatican et les hauts responsables [...] pour étouffer et dissimuler la vérité et se protéger eux-mêmes et leur propre réputation au lieu de protéger les enfants », a affirmé Me Anderson.

« Concernant l'affaire Murphy, le Saint-Siège et ses responsables ne savaient rien de ses crimes jusqu'à des décennies après les abus », a souligné l'avocat du Vatican.

En mars, Me Anderson avait rendu publics des documents affirmant que Benoît XVI était au courant de ces agressions en 1996 alors qu'il était cardinal, mais qu'il n'avait rien dit.

Selon la plainte, le Vatican, le pape et d'autres hauts responsables de l'Église devraient pouvoir être poursuivis par la justice américaine, mais le Vatican argue pour sa part que son immunité d'État souverain l'empêche d'être poursuivi devant la justice américaine.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !