•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama tend la main aux banquiers

Le président Obama à l'Université Cooper Union de New York.

Le président Obama à l'Université Cooper Union de New York.

Photo : AFP / Saul LOEB

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans son discours à New York, le président des États-Unis, Barack Obama, insiste sur le risque d'une nouvelle crise si Wall Street n'appuie pas sa réforme financière.

Après la réforme de la santé, le président Barack Obama entend mener à bien sa réforme des institutions financières.

Dans un discours à New York, le président Barack Obama tente de convaincre les banquiers de Wall Street de la nécessité de mieux encadrer les activités des entreprises, notamment dans le secteur bancaire.

Le président insiste sur l'importance de renforcer la réglementation pour éviter une nouvelle crise.

Il est essentiel que nous tirions les leçons de cette crise, afin de ne pas nous condamner à la répéter. Et que personne ne se trompe, c'est exactement ce qui se passera si nous laissons passer ce moment, ce qui est inacceptable pour moi et pour le peuple américain.

Une citation de :Le président Barack Obama

Le président veut aussi que l'argent des contribuables américains ne soit plus affecté au sauvetage des banques en difficultés.

Barack Obama veut également l'appui des institutions de Wall Street pour mener à bien son projet de réforme.

« Je suis ici aujourd'hui pour vous exhorter à vous joindre à nous plutôt que nous combattre. Certains à Wall Street ont oublié que derrière chaque dollar en bourse ou investi, il y a une famille qui essaie d'acheter une maison, de payer des études, d'ouvrir un commerce ou d'économiser pour une retraite. Ce qui se passe ici a des conséquences réelles dans tout notre pays », a déclaré Barack Obama.

Le projet de réforme d'Obama vise notamment à réduire le risque que des institutions financières trompent les investisseurs. Si le projet va de l'avant, l'industrie des produits dérivés serait contrainte à plus de transparence.

Un projet de réforme est en commission au Sénat. Une dernière étape doit être franchie pour que ce projet aille de l'avant.

Pour illustrer l'importance d'un resserrement des règles de l'industrie, Barack Obama aurait pu mentionner le scandale Goldman Sachs. La banque d'investissement américaine a été accusée de fraude par le gendarme américain des marchés boursiers. Les autorités américaines lui reprochent d'avoir trompé les investisseurs au sujet d'un produit financier lié aux hypothèques à risque aux États-Unis. Les autorités britanniques ont aussi ouvert une enquête officielle sur Goldman Sachs.

Le président américain a prononcé son discours à l'Université Cooper Union. En 2008, lors de la campagne électorale, c'est au même endroit que Barack Obama avait critiqué les pratiques de Wall Street.

Avec les informations de Agence France-Presse, Le Monde, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !