•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés fédéraux ferment la porte

Euthanasie

Photo : iStock

Radio-Canada
Mis à jour le 

Un projet de loi visant à légaliser l'euthanasie et permettre le suicide assisté, déposé pour la troisième fois par la députée bloquiste Francine Lalonde, est largement battu à la Chambre des communes.

Un projet de loi visant à légaliser l'euthanasie et permettre le suicide assisté a été largement battu, mercredi, à la Chambre des communes. Le projet de loi privé déposé par la députée bloquiste Francine Lalonde, en mai dernier, a été rejeté à 228 voix contre 59.

Le projet de loi proposait de modifier le Code criminel pour permettre aux personnes souffrant d'une maladie en phase terminale de mourir sans souffrir, avec l'aide d'un médecin.

Le texte modifie le Code criminel afin de permettre à un médecin, sous réserve de certaines conditions, d'aider une personne qui éprouve des douleurs physiques ou mentales aiguës sans perspective de soulagement ou qui est atteinte d'une maladie en phase terminale à mourir dignement quand elle y consent de façon libre et éclairée.

Sommaire du projet de loi C-384

Étant donné qu'il s'agissait d'un projet de loi d'initiative parlementaire, la discipline de parti n'était pas imposée au moment du vote. D'ailleurs, le député bloquiste de Manicouagan, Gérard Asselin, s'est levé en Chambre pour voter contre le projet de loi de sa collègue.

À l'inverse, Mme Lalonde a reçu des appuis au sein des autres formations politiques, notamment de la part de députés libéraux et néo-démocrates. Les ministres des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, et des Affaires intergouvernementales, Josée Verner, deux élus conservateurs du Québec, ont également soutenu son initiative.

Par contre, les libéraux Ujjal Dosanjh et Ken Dryden ont voté en faveur du projet de loi, mais... par erreur! Ils n'ont pu faire changer leur vote, comme ils l'auraient souhaité.

Comment le résultat du vote, Mme Lalonde a exprimé sa déception. « J'aurais aimé ça qu'il y ait, dans ce parlement, un vrai débat comme on aurait pu en avoir un si le projet de loi avait été au comité, avait été étudié comme il aurait dû être étudié, amendé et ensuite être ramené à la Chambre », a déclaré la députée bloquiste de La Pointe-de-l'Île.

Son projet de loi avait repris le processus parlementaire en janvier, comme convenu, après la prorogation du Parlement décrété par le premier ministre Stephen Harper. Mme Lalonde avait déposé son projet de loi à deux autres reprises, soit en 2005 et en 2008, mais il était mort au feuilleton dans la foulée d'élections générales.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !