•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sarkozy veut interdire la burqa

Une femme en burqa se promène à vélo dans les rues de Paris

(archives)

Photo : AFP / MARTINA STANEK

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet de loi sera déposé au mois de mai visant à une interdiction générale du port du voile intégral dans tout l'espace public.

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a annoncé mercredi que le président Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour une interdiction générale de la burqa (voile intégral) en France.

Un projet de loi sera présenté en mai au Conseil des ministres visant à une interdiction générale du port du voile intégral dans tout l'espace public et pas seulement dans les services publics, a précisé Luc Chatel.

Le président Nicolas Sarkozy a répété lors du Conseil des ministres que le voile intégral constituait une « atteinte à la dignité des femmes », a-t-il déclaré.

« Nous légiférons pour l'avenir, le port du voile intégral est le signe d'un repli communautaire et d'un rejet de nos valeurs », a ajouté le porte-parole.

M. Chatel a souligné que quelque 2000 femmes portaient le voile intégral en France.

Le choix d'un projet de loi comme véhicule législatif oblige à un passage devant le Conseil d'État, qui avait prévenu fin mars qu'une interdiction générale pourrait être contestée d'un point de vue juridique.

Le Conseil d'État avait remis fin mars un rapport sur une loi interdisant la burqa au premier ministre, François Fillon.

Dans ce document, le Conseil d'État estimait qu'une interdiction générale ne « pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable » et serait source de « sérieux risques », de « fortes incertitudes ».

Les membres de cette institution avaient alors conclu que « seules la sécurité publique et l'exigence de lutte contre la fraude » fondent une interdiction juridiquement solide « mais uniquement dans des circonstances particulières en temps et en lieux ».

Il y a près d'une année, le président Sarkozy avait déclaré devant les députés et les sénateurs réunis à Versailles que la burqa n'était pas « la bienvenue en France. »

Le premier ministre François Fillon avait annoncé la couleur en mars en parlant d'un projet de loi allant dans le sens de l'interdiction de la burqa.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !