•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du «Québec bashing», dit Bachand

Le ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, accuse le député fédéral Maxime Bernier de nourrir le sentiment anti-Québec. En Montérégie, l'ex-ministre conservateur a prononcé un discours controversé.

Le ministre québécois des Finances, Raymond Bachand, accuse le député fédéral Maxime Bernier de nourrir le sentiment anti-Québec dans les discours qu'il prononce devant des militants conservateurs un peu partout au pays.

Maxime Bernier, député conservateur de BeauceMaxime Bernier, député conservateur de Beauce, confirme vouloir redevenir ministre.

Depuis plusieurs mois, le député conservateur de la Beauce, Maxime Bernier, sillonne le pays pour livrer des conférences. Vendredi, les propos qu'il a tenus sur le Québec dans une allocution prononcée en Montérégie et mis en lumière dans un article du Devoir suscitent de nombreuses réactions.

Dans ce discours, mis en ligne en français et en anglais sur son blogue, il soutient que l'interventionnisme étatique effréné a appauvri le Québec. Il partage également la perception des Québécois qu'ont, d'après lui, les citoyens du reste du Canada.

Disons-nous les choses franchement : dans le reste du pays, il y a beaucoup de gens qui perçoivent les Québécois comme des enfants gâtés qui n'en ont jamais assez et qui en redemandent toujours.

Le député Maxime Bernier

L'ex-ministre dénonce 40 ans « de débats futiles sur l'indépendance », « de politiques irresponsables de la part de gouvernements du Québec qui vivent au-dessus de leurs moyens et qui nous endettent » et « de revendications pour aller chercher toujours plus d'argent dans les poches de nos concitoyens du reste du Canada ».

Au sujet de ses discours prononcés au pays, M. Bernier a affirmé, en entrevue au Réseau de l'information, qu'il avait davantage de temps maintenant qu'il n'avait plus de responsabilité ministérielle. Il a dit simplement répondre aux invitations qui lui sont lancées.

Sur la tenue de son discours sur les Québécois, Maxime Bernier a rappelé qu'il a tenu ces propos dans la province, en français. « Ce n'est pas le discours que je dis au Canada anglais », a-t-il déclaré.

Néanmoins, le texte de son discours semble susciter l'approbation d'internautes d'ailleurs au pays sur son blogue. On peut y lire plusieurs commentaires favorables provenant non seulement du Québec, mais aussi de l'extérieur de la province.

En outre, Maxime Bernier a réaffirmé ne pas être fier que le Québec reçoive de l'argent en vertu de la péréquation, ce qui signifie quant à lui que le Québec est pauvre. « En tant que Québécois, je ne suis pas fier de quémander cet argent au Canada et je souhaite qu'on développe des politiques économiques au Québec pour créer de la richesse, et non pas s'appauvrir », a-t-il dit sur les ondes de RDI.

Le ministre Raymond Bachand a rappelé mardi qu'une bonne part des services que les Québécois se paient sont financés par un impôt provincial plus élevé, faisant aussi valoir que c'est en vertu de la constitution canadienne que le Québec touche des paiements de péréquation.

Peut-être qu'il devrait se rappeler ça et défendre les valeurs québécoises ailleurs au Canada plutôt que faire du Québec bashing.

Le ministre Raymond Bachand

Du reste, selon M. Bernier, les Québécois ne souhaitent pas rouvrir le débat sur la constitution, mais ils veulent un gouvernement fédéral qui n'empiète pas sur les compétences des provinces.

« De toute évidence, il s'inspire d'autres policiens fédéraux qui, par le passé, ont fait carrière en cassant du sucre sur le dos des Québécois », a affirmé de son côté le député péquiste Alexandre Cloutier.

Un retour au cabinet?

Près de deux ans après sa démission comme ministre des Affaires étrangères à la suite de l'affaire Julie Couillard, Maxime Bernier espère toujours réintégrer le cabinet des ministres du gouvernement conservateur. Il affirme toutefois que le premier ministre ne l'a pas encore approché.

Dans le Devoir, on rapporte par ailleurs que plusieurs croient que Maxime Bernier se présenterait dans une éventuelle course à la succession de Stephen Harper à la tête du Parti conservateur. M. Bernier s'en tient toutefois pour l'instant à dire qu'il souhaite redevenir ministre.

Maxime Bernier prononcera quelques allocutions au Canada anglais au cours des prochaines semaines. Samedi, il prononcera une allocution à Winnipeg. Le 30 avril, il rencontrera des militants dans deux circonscriptions de Toronto et en mai, il sera à Victoria.

Aucun thème sélectionné