•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Bastarache relève le défi

Me Michel Bastarache

Me Michel Bastarache (archives).

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien juge Michel Bastarache négociera l'indemnisation offerte à des victimes d'agression sexuelles commises par des prêtres au Nouveau-Brunswick.

Michel Bastache, ancien juge à la Cour suprême du Canada, négociera l'indemnisation qui sera offerte aux victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres du diocèse de Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

Le diocèse lui a demandé d'agir comme conciliateur pour négocier cette indemnisation.

Le père Lévis Noël a reconnu sa culpabilité, il y a quelques mois, à 22 chefs d'accusations concernant des cas de grossière indécence et d'attentats à la pudeur. Les faits se sont produits de 1958 à 1981 dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Selon le vicaire général du diocèse, Westley Wade, le mandat de Michel Bastarache sera assez large.

« On a retenu ses services dans le fond pour une conciliation indépendante envers les victimes. Ce que je peux dire aussi, ce sont non seulement les victimes du père Lévis Noël, mais malheureusement aussi s'il y avait d'autres victimes d'autres prêtres du diocèse de Bathurst. Notre évêque voudrait élargir ça à d'autres victimes », explique Westley Wade.

« Ce qu'il s'agit de faire maintenant, c'est d'identifier de façon exacte toutes les victimes, de communiquer avec elles et de leur demander de nous fournir toute l'information nécessaire pour évaluer leur cas et leur faire une offre d'indemnité », précise Me Bastarache.

L'ancien juge indique que cette recherche d'informations aura lieu cet été. Des réunions avec les victimes pour établir une offre d'indemnisation suivront à l'automne.

Donald Landry, l'une des victimes, dit qu'il aurait aimé apprendre cette démarche autrement que par les médias. Il acceptera quand même de rencontrer Michel Bastarache.

« C'est une bonne démarche, disons, mais ils s'y prennent un peu tard on dirait pour leur démarche. C'est de valeur que ça n'a pas été fait avant, mais on va le rencontrer et savoir comment on va négocier ça », affirme Donald Landry.

La semaine dernière, le premier ministre du Québec, Jean Charest, a confié à Michel Bastarache la direction d'une commission d'enquête portant sur le processus de nomination des juges dans cette province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !