•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ciel de l'Europe s'éclaircit

Un voyageur dans l'aéroport de Dusseldörf, en Allemagne

Un voyageur dans l'aéroport de Dusseldörf, en Allemagne

Photo : AFP / Volker Hartmann

Radio-Canada

Tandis que Londres, Paris, Berlin et Berne annoncent la réouverture de leur espace aérien mardi, Air Canada prévoit faire décoller des avions vers l'Europe dès lundi soir.

Après cinq jours de perturbations du trafic aérien dans le nord de l'Europe dues au nuage de cendres volcaniques en provenance de l'Islande, les activités semblent sur le point de reprendre.

Air Canada envisage même de faire décoller des avions vers l'Europe dès lundi soir. La compagnie aérienne a annoncé qu'elle prévoyait des départs vers Paris, Zurich, Genève et Tel-Aviv.

De son côté, Air Transat a indiqué avoir reçu l'autorisation pour deux vols en partance de Montréal pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. Par contre, un avion qui devait faire la liaison entre Toronto et Londres restera cloué au sol.

Pour éviter les mauvaises surprises, les passagers devant se rendre en Europe devraient communiquer avec leur compagnie aérienne avant de se présenter à l'aéroport.

Éclaircie en Europe

L'espace aérien de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne et de la Suisse sera rouvert progressivement à compter de mardi, ce qui devrait soulager une partie de la crise causée par l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll. Aux Pays-Bas, trois vols devaient décoller dès lundi soir pour Shanghai, Dubaï et New York.

Lundi, l'organisme chargé de la navigation européenne, Eurocontrol, a enregistré seulement 8700 vols, alors que normalement, 28 000 avions se déplacent en Europe chaque jour.

Les ministres des Transports de l'Union européenne se sont entendus pour réduire la taille de la zone aérienne interdite et rouvrir le trafic progressivement.

« À partir de demain [mardi] matin, nous devrions voir progressivement un plus grand nombre d'avions commencer à voler », a expliqué le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, à l'issue de la réunion des ministres des Transports et responsables d'Eurocontrol.

En Allemagne, la compagnie Lufthansa a obtenu l'autorisation de rapatrier 50 de ses avions longs courriers en provenance de l'Asie, de l'Amérique du Nord et du Sud et de l'Afrique, vers les aéroports de Francfort, de Munich et de Dusseldörf. Au total, quelque 15 000 passagers pourront ainsi revenir en Allemagne.

Un nouveau nuage de cendres en direction de la Grande-Bretagne

L'éruption du volcan islandais s'est intensifiée lundi, envoyant un nouveau nuage de cendres vers la Grande-Bretagne, ont annoncé en soirée les services nationaux du trafic aérien britannique (NATS).

Les aéroports écossais seront néanmoins ouverts à partir de mardi matin, mais la situation est incertaine concernant les aéroports d'Irlande du Nord.

« La situation devrait vraisemblablement changer au cours de la nuit », selon les autorités aéronautiques.

La Grande-Bretagne a été l'un des premiers pays à fermer son espace aérien à la suite de l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll.

Fermeture inutile?

Un peu plus tôt, le directeur général de British Airways, Willie Walsh, a affirmé que la fermeture de l'espace aérien était « inutile », après des vols d'essai qui n'ont révélé aucun problème avec le nuage de cendre. « Nous estimons que les compagnies sont plus à même d'évaluer toutes les informations disponibles et de déterminer quels risques existent, le cas échéant, pour les passagers, l'équipage et l'appareil », a-t-il indiqué, montrant son impatience.

D'autres compagnies aériennes, qui subissent de lourdes pertes, ont effectué des vols d'essai dimanche. Tous se sont déroulés sans encombre.

L'Association internationale du transport aérien (IATA) a aussi exhorté les gouvernements à revoir leur décision de fermer de larges parties de l'espace aérien européen, exprimant « son mécontentement sur la manière dont les gouvernements ont géré » la crise.

L'IATA, qui représente 230 compagnies dans le monde, évalue les pertes à quelque 250 millions de dollars par jour.

Il n'y a eu « aucune évaluation des risques, aucune consultation, aucune coordination, aucun leadership », a dénoncé l'IATA, dont le directeur général Giovanni Bisignani a fustigé la « pagaille européenne ». Il a fallu « cinq jours pour organiser une visioconférence avec les ministres des Transports. Nous perdons 200 millions [de dollars] par jour, et 750 000 passagers sont bloqués partout », a-t-il ajouté.

La présidence de l'Union européenne, actuellement occupée par l'Espagne, a néanmoins mentionné que la réouverture du trafic aérien en Europe serait conditionnelle à la sécurité des passagers.

Les dangers pour l'aviation ne semblent toutefois pas totalement exclus dans les zones les plus polluées. L'Associated Press rapporte qu'un avion d'armes F-16 de l'OTAN a subi des dommages en volant à travers le nuage de cendres du volcan, selon une source diplomatique.

L'UE s'est par ailleurs prononcée en faveur d'aides financières exceptionnelles à l'industrie aérienne, durement touchée par la crise. Selon Eurocontrol, l'agence de navigation européenne, de 8000 à 9000 vols civils seulement sur les 28 000 prévus devaient décoller lundi.

Passagers à l'enregistrement à l'aéroport de Saint-Jean dimanche soir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Passagers à l'enregistrement à l'aéroport de Saint-Jean dimanche soir.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le nuage s'approche du Canada

Le ministère des Transports du Canada et Nav Canada ont évalué à environ 30 % les risques que le nuage de cendres volcaniques atteigne l'espace aérien au-dessus de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Une porte-parole de l'Aéroport international de Saint-Jean, Marie Manning, avait indiqué dans un premier temps qu'Air Canada, WestJet et Porter Airlines avaient notamment annulé leurs vols prévus avant 9 h, lundi, par mesure préventive.

La menace des cendres a finalement été écartée, mais le brouillard a provoqué un certain nombre d'annulations de vols.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press