•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Subversion

Capture d'écran du site du Musée des beaux-arts

Capture d'écran du site du Musée des beaux-arts

Radio-Canada

Les visiteurs de moins de 18 ans ne pourront voir deux salles d'une exposition présentée par le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, cet été.

Les visiteurs âgés de moins de 18 ans ne pourront voir deux des 11 salles de l'exposition Pop Life : Art dans un monde matériel, présentée par le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, du 11 juin au 19 septembre.

Cette exposition comprend 11 salles d'oeuvres du mouvement pop art, prêtées par la Tate Modern Gallery de Londres. Andy Warhol y est représenté, de même que ses successeurs des années 80 et 90 qui ont souvent testé les limites de la moralité publique.

Des 11 salles, deux contiennent des allusions à la sexualité, à des animaux morts et au nazisme, qui ont incité la direction du musée à les fermer aux moins de 18 ans. Les deux salles exhibant les oeuvres incriminées seront accessibles aux seuls adultes. On pourra exiger d'un visiteur qu'il présente une carte d'identité prouvant son âge.

Institution subventionnée

Le gouvernement fédéral subventionne le Musée des beaux-arts du Canada. Le gouvernement de Stephen Harper a déjà hésité à subventionner des oeuvres d'art comportant des allusions au sexe.

Le ministre responsable de Patrimoine Canada, James Moore, n'a nulle envie de voir par lui-même l'exploration de la relation entre l'art contemporain, le marketing et les médias de masse, que propose l'exposition. Il rappelle que le musée a le mandat de rendre accessibles aux Canadiens de tous âges des oeuvres significatives, sans préciser ce qu'il entend par là.

Le ministre ajoute que l'institution assumera les coûts liés spécifiquement aux oeuvres controversées.