•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête publique réclamée

Suzanne Trépanier et Payam Akhavan, ancien membre

Suzanne Trépanier, veuve de Rémy Beauregard, et Payam Akhavan, administrateur démissionnaire de Droits et démocratie, avant leur témoignage devant le comité.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Radio-Canada

Lors de son témoignage devant un comité parlementaire, la veuve de Rémy Beauregard, ex-président de Droits et démocratie, demande une enquête publique sur l'organisme.

Le comité des Affaires étrangères entendait mardi matin un témoignage central dans la crise qui secoue Droits et démocratie, celui de la veuve de Rémy Beauregard, ex-président de l'organisme.

Devant le comité, Suzanne Trépanier a réclamé une enquête publique sur Droits et démocratie. Dans un témoignage empreint d'émotion, elle a affirmé qu'elle tenait à parler pour rétablir la réputation de son mari, mort en janvier dernier.

Un stress insoutenable

D'après Mme Trépanier, son mari a littéralement succombé au stress. Elle estime qu'il a été victime d'une campagne de salissage et d'intimidation de la part des nouveaux membres du conseil d'administration, qui ont fait passer leur idéologie avant leur éthique. Selon elle, des membres du CA de l'organisme le harcelaient, lui reprochant de ne pas suffisamment adhérer à la cause d'Israël.

Elle reproche aussi au gouvernement fédéral et au ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, d'avoir fait la sourde oreille quant aux problèmes qui déchiraient l'organisme. Mme Trépanier a d'ailleurs qualifié d'affront les lettres de condoléances qui lui ont été envoyées par le ministre Cannon et le bureau du Conseil privé, à qui son mari avait adressé des plaintes avant de mourir.

En outre, Suzanne Trépanier a réclamé qu'un rapport soit retiré du dossier de Rémy Beauregard. Dans ce rapport, on lui reprochait, entre autres, de ne pas avoir d'employés juifs à ses bureaux montréalais.

Je ne me pardonnerai jamais de ne pas avoir réussi, malgré tous mes efforts au cours des derniers mois de sa vie, à le convaincre de tout laisser tomber.

Suzanne Trépanier

Divergences d'opinions

Rémy Beauregard est mort d'un arrêt cardiaque quelques heures après une rencontre houleuse avec le conseil d'administration, à 67 ans, dans la nuit du 7 au 8 janvier dernier.

Quelques jours après le décès de leur ancien président, la presque totalité des employés de l'organisation ont signé une lettre demandant la démission de trois membres du conseil d'administration. Certains ont parlé de harcèlement psychologique et d'intimidation de leur part.

Lors de leur témoignage devant le comité parlementaire des Affaires étrangères, le syndicat des employés et trois directeurs congédiés ont qualifié leur climat de travail de « malsain et kafkaïen ».

Quant au président du CA, Aurel Braun, et au conseiller Jacques Gauthier, ils ont aussi voulu donner leur version des faits devant le comité. Selon eux, Droits et démocratie n'a pas de problèmes idéologiques, mais plutôt des problèmes de gestion douteuse des dépenses.