ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Chartrand s'éteint

Michel Chartrand
Radio-Canada
Mis à jour le 

Le syndicaliste québécois Michel Chartrand, homme engagé, défenseur des travailleurs et héros du contre-pouvoir, s'éteint à 93 ans. Les réactions de tristesse et d'admiration se multiplient.

Le syndicaliste québécois Michel Chartrand s'est éteint, lundi soir, à Montréal, à l'âge de 93 ans. Il souffrait du cancer.

Le grand syndicaliste a marqué plusieurs décennies de l'histoire syndicale et sociale du Québec. Tout au long de sa vie, Michel Chartrand s'est démarqué par son engagement et son franc-parler, qui ont fait de lui un des militants les plus connus du Québec.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, il s'est opposé à la conscription, puis il s'est engagé dans le syndicalisme et la politique. Nationaliste, il s'est engagé dans différentes formations politiques. Il a notamment été chef du Parti social-démocratique du Québec et a fondé le Parti socialiste du Québec.

Il a passé la majorité de sa vie active au sein de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à se battre pour les droits des travailleurs. Michel Chartrand a formé un couple célèbre avec Simonne Monet, aussi militante marquante de l'histoire québécoise, décédée en 1993 des suites d'un cancer.

Michel Chartrand
Regard sur une vie exceptionnellement riche et engagée dans Michel Chartrand : Un homme d'opposition, une biographie complète de Marc Labelle.

Le fils de Michel Chartrand, Dominique Chartrand, explique que son père s'est éteint très paisiblement, entouré de ses enfants et petits-enfants.

Selon lui, il était plus souffrant au cours des derniers jours, mais il était auparavant très enjoué et lucide, se tenant toujours au courant de l'actualité. Dominique Chartrand précise que les Québécois ont moins vu son père dans les médias au cours de la dernière décennie en raison d'un problème de surdité.

Derniers hommages

Michel Chartrand sera exposé à la Coopérative funéraire de la Rive-Sud, à Longueuil :

Jeudi de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h

Vendredi de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h

Les funérailles de Michel Chartrand auront lieu samedi à 11 h à l'église Saint-Antoine-de-Padoue, à Longueuil.

Réactions et hommages

En fin de matinée, le premier ministre Jean Charest a présenté ses condoléances à la famille.

Il a fait une contribution très importante à l'évolution des droits des travailleurs, et, comme nous tous, j'étais fasciné par le personnage.

Jean Charest

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a salué le souverainiste de longue date. « C'était un homme épris de justice sociale. Évidemment, il choquait parfois. Il avait le verbe haut. Ça va nous manquer un peu dans le paysage québécois, mais il restait cependant un homme de très grande culture. C'était un amoureux du pays du Québec », a indiqué la chef péquiste.

Fernand Foisy, biographe et ami de Michel Chartrand, garde le souvenir d'un homme « engagé et juste ».

M. Foisy a expliqué que la santé de Michel Chartrand s'était détériorée cet hiver. Il souffrait d'un cancer des reins qui entraînait notamment des problèmes de circulation sanguine.

D'ailleurs, selon Fernand Foisy, dans les derniers moments de sa vie, il avait de la difficulté à se déplacer. « L'homme actif et de parole se déplaçait beaucoup moins et ne parlait presque plus », a-t-il précisé.

M. Foisy estime que Michel Chartrand et sa femme Simone ont « payé de leur personne » leur engagement, eux qui avaient « choisi leur clan ». Le biographe du syndicaliste affirme d'ailleurs que ce dernier est mort sans fortune personnelle. Il précise qu'il n'avait pas de caisse de retraite, vivant seulement de ce qu'il recevait de la Régie des rentes du Québec et de sa pension de vieillesse d'Ottawa. « S'il avait voulu se ranger du côté de ceux qui nous gouvernent, la dictature économique, il compterait parmi les milliardaires », avance Fernand Foisy.

Pour l'ex-président de la CSN Gérald Larose, Michel Chartrand était un « géant », un « batailleur » qui maniait « à la fois le verbe et les émotions ».

Il décrit M. Chartrand comme un novateur dans le mouvement syndical. « C'est lui qui a ouvert le mouvement syndical sur un ensemble de causes sociales », dit Gérald Larose, identifiant notamment les causes des chômeurs et des locataires, ainsi que des causes plus larges comme celles de la démocratie, des politiques publiques et de certains dossiers internationaux.

M. Larose croit qu'avec le départ de Michel Chartrand, le Québec perd un prophète qui a fait un travail de pédagogie extraordinaire auprès des Québécois.

C'est quelqu'un qui a contribué, avant la Révolution tranquille et au moment de la Révolution tranquille, à nous relever la tête.

Gérald Larose

La présidente de la CSN Claudette Carbonneau se souviendra d'un homme « fougueux », « hors norme », « presque mythique ». « On avait intérêt à savoir de quelle humeur il était. Ça pouvait être l'engueulade ou le baise-main, moi j'ai connu les deux », a déclaré Mme Carbonneau.

Elle ajoute que Michel Chartrand était quel'qu'un d'entier, tourné vers l'action et qui pouvait se sentir à l'étroit dans une organisation comme la CSN ou le mouvement syndical où il y a des règles à suivre, des consultations et des débats.

« Je me souviens très bien l'avoir vu décider sur un coup de tête, alors qu'il était président du conseil central de Montréal, de louer le Forum, dans la foulée du conflit à La Presse. Et quatre jours plus tard, de le remplir. Évidemment, il n'avait pas suivi le processus, le conseil central n'avait pas les moyens de louer le Forum... » ajoute-t-elle un sourire dans la voix.

Les réactions affluent aussi dans plusieurs régions du Québec, dont la Mauricie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et l'est du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !