•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Marc Bellemare vide son sac

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans une entrevue à Radio-Canada, l'ex-ministre de la Justice du Québec dit avoir été au centre d'un trafic d'influence de collecteurs de fonds importants du Parti libéral, notamment pour la nomination de juges. Il ajoute que le premier ministre Jean Charest était au courant.

Marc Bellemare, alors qu'il faisait campagne sous la bannière libérale, en 2003, avec à ses côtés le premier ministre CharestAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marc Bellemare, alors qu'il faisait campagne sous la bannière libérale, en 2003, aux côtés de Jean Charest

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Financement politique douteux, échange d'argent comptant, nominations partisanes de juges, pressions politiques indues au sein du gouvernement.

Marc Bellemare, ministre de la Justice pendant un an au sein du premier gouvernement de Jean Charest, en 2003 et 2004, revient hanter son ancien patron.

Il y a un mois, il déclarait qu'il avait fait part à l'époque au premier ministre d'informations embarrassantes sur du financement au Parti libéral, ce qu'a nié par la suite M. Charest.

Dans une entrevue téléphonique exclusive avec l'animateur de l'émission Enquête de Radio-Canada Alain Gravel, Marc Bellemare y va de révélations fracassantes en disant avoir été témoin d'échanges d'importantes sommes d'argent liquide à deux occasions en décembre 2003 et en janvier 2004. Dans un lieu public, dans un premier temps, et à la permanence du PLQ à Québec, par la suite.

Extrait de l'entrevue :

- [Marc Bellemare] Les échanges d'argent auxquels j'ai assisté, de façon très fortuite d'ailleurs, sont des échanges qui ont lieu entre un permanent du parti et un individu considéré comme étant un collecteur influent du parti.
- [Alain Gravel] Est-ce que c'est quelqu'un qui est lié à l'industrie de la construction?
- Oui.
- Est-ce qu'on peut s'entendre pour dire que c'est un entrepreneur en construction?
- Oui.

[[...]
- Quand vous dites des sommes substantielles, c'était de l'argent comptant?
- Oui [...] Il y avait des chèques et il y avait une liste aussi de noms tout près.
- Donc, il y avait de l'argent comptant, des chèques et une liste?
- Exact.
- Beaucoup d'argent comptant?
- Oui.

- [Alain Gravel] Est-ce que vous avez parlé aux gens qui s'échangeaient de l'argent?
- [Marc Bellemare] Oui, je les ai salués, mais manifestement, je n'avais pas d'affaires là. [...] J'en ai parlé au premier ministre, je m'en suis plaint au premier ministre et le lui ai dit que c'était irrégulier à mon avis et que c'était dangereux, et puis voilà.

Extrait de l'entrevue

- [Alain Gravel] Est-ce que vous pouvez me dire ce que le premier ministre vous a répondu?
- [Marc Bellemare] Non, mais je peux vous dire qu'il était très bien informé.

Allégations de trafic d'influence

Marc Bellemare y va de révélations encore plus spectaculaires concernant l'influence de ce collecteur de fonds. Il dit avoir été au centre d'un trafic d'influence pour la nomination de juges.

Extrait de l'entrevue :

- [Marc Bellemare]Les gens qui étaient considérés comme étant des collecteurs influents et significatifs du parti avaient leur mot à dire sur plusieurs nominations et ils ne se gênaient pas pour solliciter des nominations de ma part à l'époque, en 2003 et en 2004, en tenant compte du fait qu'il y avait des retours d'ascenseurs qui étaient exigés, qu'il fallait placer notre monde, comme on disait à l'époque.
- [Alain Gravel] Alors vous avez été soumis à des pressions de collecteurs de fonds pour des nominations, vous-même, comme ministre de la Justice?
- Tout à fait, oui.
- Est-ce que vous avez été soumis à des pressions de l'individu que vous avez vu remettre l'argent?
- Oui.
- Donc, lui-même vous a fait des pressions?
- Oui.
- À de nombreuses reprises?
- Oui.
- Pour des nominations de...
- Diverses nominations, et des nominations de juges également.
- Votre souvenir... à combien de reprises?
- Trois.
- Trois reprises?
- Oui.
- Qu'il vous a demandé spécifiquement de nommer des juges?
- Oui.
- Avec des noms de juges?
- Oui.
- Est-ce que vous avez nommé ces juges?
- Oui.

- [Alain Gravel] Vous avez nommé ces juges parce que...
- [Marc Bellemare] Parce que c'était une commande des grands collecteurs du parti et le premier ministre était d'accord avec ça.

Extrait de l'entrevue

- [Alain Gravel] Vous en avez parlé au premier ministre?
- [Marc Bellemare] Oui, je m'en suis plaint au premier ministre, mais c'était, semble-t-il, la façon de faire.

[[...]
- Donc, vous avez informé le premier ministre là-dessus?
- Oui, tout à fait, je m'en suis plaint à l'automne 2003 comme au printemps 2004.
- En disant quoi?
- En disant, je me demandais qui nommait les juges. Est-ce que c'était le ministre de la Justice ou c'était tel ou tel qui avait collecté significativement des fonds pour le parti qui avait à prendre la décision? Je m'en plaignais, mais ça ne changeait pas, parce qu'il fallait agir dans ce sens-là.

De l'obstruction de collecteurs de fonds

Il n'y avait pas que les nominations. Marc Bellemare souligne l'obstruction des collecteurs de fonds du parti sur des réformes pour rendre les juges des tribunaux administratifs plus indépendants.

[Marc Bellemare] C'est certain que ces importants collecteurs-là avaient une influence sur l'agenda législatif du gouvernement. En tout cas, en ce qui me concernait, moi qui avais plusieurs projets de loi qui étaient en attente. C'était... on sentait qu'il y avait un veto financier sur certains projets de loi.
- [Alain Gravel] Et ça aussi vous avez avisé le premier ministre là-dessus?
- [M.B.] Hm-hm.

Extrait de l'entrevue

- [Alain Gravel] Est-ce que votre démission a trait à toutes ces choses? Est-ce qu'il y a un événement particulier qui a fait qu'à un moment donné, vous en avez eu ras le bol?
- [Marc Bellemare] Je trouvais que le dernier projet de loi, qui est le projet de loi 35, qui était une réforme ambitieuse de la justice administrative au Québec et que j'ai dû abandonner suivant les instructions du premier ministre, suite à une rencontre au cabinet du premier ministre le 29 mars 2004. Et puis, ç'a été pour moi le dernier chantier.
- Vous avez perçu que ce projet de loi là, vous avez dû l'abandonner à la suite de pressions de ces collecteurs?
- Notamment.

Mauvais souvenir

La carrière de Marc Bellemare en politique provinciale a été très courte. Il en garde un très mauvais souvenir.

Extrait de l'entrevue :

- [Alain Gravel] Ça vous inspire quoi, c'est quand même grave, vous étiez le ministre de la Justice à ce moment-là?
- [Marc Bellemare] Ça m'inspire le dégoût, et c'est pour ça que je suis parti au printemps 2004.

Pas de témoignage au DGE

Pour l'instant, Marc Bellemare refuse de donner publiquement les noms des collecteurs de fonds. Il ne veut pas non plus les révéler au directeur général des élections, en qui il n'a pas confiance. Il conteste d'ailleurs la citation à comparaître qu'il lui a envoyée pour le forcer à témoigner.

Extrait de l'entrevue :

- [Alain Gravel] Est-ce que vous avez l'intention de contester la convocation du directeur général des élections?
- [Marc Bellemare] C'est déjà fait.
- Parce que vous ne faites pas confiance à l'institution?
- Non, c'est parce que le directeur général des élections est une institution qui enquête privément et à mon avis, les informations de cette nature sont d'intérêt public, d'une part. D'autre part, le financement des partis politiques, ce n'est qu'un volet minime de ce que je viens de vous raconter.

Je pense que le DGE dans ce dossier-là joue le rôle du premier ministre qui, en Chambre, décide que je devrais aller m'adresser au DGE et, 30 minutes plus tard, le téléphone sonne au bureau pour que j'aille rencontrer le DGE. J'ai trouvé que ça manquait d'indépendance et d'impartialité. Je trouvais que le DGE agissait comme un homme de main du premier ministre, et ça m'agace.

Marc Bellemare en entrevue à Radio-Canada

Marc Bellemare affirme qu'il a décidé de parler de ces choses parce qu'avec les allégations actuelles sur le milieu de la construction et le financement politique, il y a un intérêt public. M. Bellemare espère toujours témoigner devant une commission parlementaire, où il jouirait d'une immunité totale.

D'après une entrevue d'Alain Gravel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !