ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Britanniques veulent faire arrêter le pape

Le pape récitant le Regina caeli à sa résidence de Castel Gandolfo.

Le pape récitant le Regina caeli à sa résidence de Castel Gandolfo, le 5 avril dernier.

Photo : AFP / Alberto Pizzoli

Radio-Canada

Deux militants de l'athéisme veulent profiter d'une visite de Benoît XVI en Grande-Bretagne en septembre pour le faire arrêter pour « crimes contre l'humanité ».

Deux militants britanniques de l'athéisme souhaitent faire arrêter le pape Benoît XVI lors d'une visite prévue au Royaume-Uni en septembre prochain.

Le scientifique britannique Richard Dawkins et l'auteur américano-britannique Christopher Hitchens veulent que le Saint-Père soit arrêté pour « crimes contre l'humanité », en raison des récentes allégations selon lesquelles le pape aurait couvert les agissements de prêtres pédophiles.

Les deux hommes ont demandé à des avocats spécialisés dans les droits de la personne d'examiner quels outils juridiques pourraient être utilisés contre Benoît XVI. Dans le journal britannique le Guardian, l'avocat de M. Dawkins, Mark Stephens, a indiqué qu'ils avaient trois options : saisir la justice britannique, la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye ou encore de déposer une plainte au civil.

Dans le Sunday Times, Richard Dawkins a décrit le pape comme un homme « dont l'instinct a été, quand ses prêtres se sont retrouvés pris sur le fait, de dissimuler le scandale ».

Toujours dans la presse britannique, M. Hitchens a quant à lui estimé que le pape « n'est pas au-dessus de la loi ». « La dissimulation institutionnalisée de viols d'enfants est un crime, dans toutes les législations », a-t-il ajouté.

Rappelons que de son côté, l'Église catholique a démenti que le pape ait aidé à couvrir des affaires d'abus d'enfants commis par des prêtres à l'époque où il était cardinal. Le Vatican a d'ailleurs dénoncé ce qu'il qualifie de « honteuse campagne de diffamation » menée par les médias contre Benoît XVI.

Richard Dawkins et Christopher Hitchens sont considérés comme des figures de proue du nouvel athéisme, un mouvement qui prône une attitude plus critique vis-à-vis de la religion.

Projet réaliste?

Il est légalement possible qu'un juge britannique délivre un mandat d'arrêt contre un étranger en visite au Royaume-Uni. Une telle situation s'est déjà produite, entraînant l'annulation d'un voyage diplomatique.

En décembre dernier, l'ex-ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni avait annulé in extremis un voyage à Londres lorsqu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre elle à la suite d'une plainte d'associations propalestiniennes.

Toutefois, après cet incident, la Grande-Bretagne avait promis de réfléchir de façon urgente à une modification de sa législation.

Mais selon un expert en droit international interrogé par l'AFP, cette tentative de faire arrêter le pape n'a « aucune chance » d'aboutir, Benoît XVI bénéficiant de l'immunité en sa qualité de chef d'État. De son côté, Me Stephens juge que le pape ne bénéficie pas de cette immunité, estimant que le Vatican n'est pas un État. Il souligne qu'à l'ONU, le Vatican a le statut d'observateur permanent et non d'État membre à part entière.

En outre, pour Adam Roberts, professeur de relations internationales à Oxford, une procédure devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité est « difficile à imaginer ».

Le pape Benoît XVI doit effectuer une visite en sol britannique du 16 au 19 septembre 2010.

Les règles de l'Église en ligne

Vatican.caEn réponse aux nombreuses accusations de manque de transparence envers l'Église catholique, le Vatican a publié pour la première fois lundi sur son site Internet Vatican.va la procédure à suivre en cas d'abus sexuels.

Dans le document d'une page et demie publié en anglais, on retrouve la liste des procédures appliquées en cas d'abus. On peut notamment lire que les abus doivent « toujours » être dénoncés aux autorités judiciaires civiles.

Ariel Dumont résume le contenu du document mis en ligne sur Internet.