ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'émotion à son comble

Jaroslaw Kaczynsk agenouillé devant le cercueil de son frère, à Varsovie

Jaroslaw Kaczynsk agenouillé devant le cercueil de son frère, à Varsovie

Photo : AFP / Joe Klamar

Radio-Canada

La dépouille du président Lech Kaczynski a été rapatriée. La Pologne est en deuil au lendemain de la tragédie aérienne en Russie qui a décimé une partie de l'élite politique du pays.

La dépouille du président Lech Kaczynski, tué dans un accident d'avion en Russie, est arrivée à Varsovie, dimanche, dans un contexte d'intense émotion.

Après une brève cérémonie à l'aéroport, le cercueil a été transporté par convoi militaire jusqu'au palais présidentiel pour être exposé. Des centaines de milliers de Polonais se sont massés le long des routes pour honorer une dernière fois leur président.

Le corbillard contenant le cercueil du président polonais

Le corbillard contenant le cercueil du président polonais

Photo : AFP / Grzegorz Jakubowski

Depuis la tragédie, ils sont des dizaines de milliers à se recueillir devant le palais présidentiel à la mémoire des 96 victimes. Ils ont tapissé le sol de bougies, de fleurs et de photos et de messages à la mémoire des disparus.

À midi, heure locale, des cloches et des sirènes ont retenti. Partout dans le pays, les gens ont observé deux minutes de silence.

Des millions de personnes ont assisté à la messe dominicale et prié pour les victimes de la tragédie. Les églises sont d'ailleurs restées ouvertes durant toute la nuit et ont offert des services chaque heure.

Le président du Parlement polonais, Bronislaw Komorowski qui assure par intérim les fonctions présidentielles, a décrété une semaine de deuil national.

Les ressortissants polonais de plusieurs pays, dont le Canada, se sont associés au deuil et ont exprimé leur tristesse.

En matinée, le premier ministre russe, Vladimir Poutine, s'était recueilli devant le cercueil du président polonais, lors d'une brève cérémonie à Smolensk, dans l'ouest de la Russie, près de l'endroit où l'avion s'est écrasé.

M. Poutine dirige la commission d'enquête qui doit faire la lumière sur les causes de l'accident.

Le drame a fait 96 morts, dont les chefs d'état-major de la Marine, de l'armée de l'Air et de l'armée de Terre, le gouverneur de la Banque centrale de Pologne, Slavomir Skrzypek, l'ancien président polonais en exil à Londres, Ryszard Kaczorowski, et plusieurs députés polonais.

La délégation polonaise devait assister aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn.

Les corps ont été transférés à Moscou, où ils doivent être identifiés. Les familles des victimes étaient attendues dans la capitale russe, dimanche.

La thèse d'un problème technique écartée

Les experts russes qui examinent le contenu des boîtes noires privilégient maintenant la thèse d'une erreur de pilotage pour expliquer l'accident. L'analyse des conversations permettrait d'écarter le scénario d'une défaillance technique de l'appareil.

Des voix, côté russe, se sont déjà élevées, samedi, pour remettre en question le jugement du pilote.

Selon le porte-parole du gouverneur de Smolensk, le pilote aurait refusé de suivre les conseils des contrôleurs aériens de se dérouter sur Minsk, en raison de la « mauvaise visibilité » et du « brouillard ». L'équipage aurait « pris la décision indépendante d'atterrir à Smolensk ».

L'avion aurait heurté la cime des arbres alors qu'il tentait d'atterrir au terme de sa quatrième approche.

Ce même scénario a été mis de l'avant par le commandant adjoint de l'état-major des forces aériennes russes. Alexandre Aliochine soutient que l'équipage n'a pas suivi plusieurs avis des contrôleurs, au moment de l'approche.

L'accident aurait été filmé par un amateur, mais les autorités russes auraient saisi les images.

Le Tu-154 qui s'est écrasé avait bénéficié d'une révision complète en décembre dernier à Samara en Russie, selon le directeur du centre de maintenance Aviakor Alexeï Gousseï, interrogé par Rossiya-24.

Un président conservateur

 Le président Kaczynski, le 8 avril 2010 Lech Kaczynski est né le 18 juin 1949 à Varsovie. En 2001, il avait fondé le parti conservateur Droit et Justice. En décembre 2005, il avait été élu à la présidence de la Pologne aux dépens de Donald Tusk, l'actuel premier ministre.

Lech Kaczynski s'était distingué par ses nombreuses prises de position contre la politique du Kremlin. En 2008, pendant le conflit entre la Russie et la Géorgie, il s'était rendu en Géorgie pour soutenir le président géorgien Mikheil Saakashvili.

Lech Kaczynski prévoyait de se présenter à nouveau aux élections présidentielles de cet automne au cours desquelles il aurait affronté le président du Parlement Bronislaw Komorowski, candidat de la Plate-forme Civique, le parti de Donald Tusk.

Ces élections auront lieu plus tôt que prévu : comme la Consitution polonaise le prévoit en de pareils cas, le scrutin sera anticipé. Il sera probablement organisé avant le mois de juin.

Lech Kaczynski avait un frère jumeau, Jaroslaw Kaczynski, son aîné de 45 minutes. Les deux frères ont gouverné le pays entre juillet 2006 et novembre 2007. Lech était déjà président et Jaroslaw était premier ministre.

L'épouse de Lech Kaczynski, Maria, une économiste était à ses côtés dans l'avion. Le couple avait une fille, Marta, et deux petites-filles.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters