•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Téhéran passe à la vitesse supérieure

Le président Ahmadinejad dévoile la nouvelle centrifugeuse.

Le président Ahmadinejad dévoile la nouvelle centrifugeuse.

Photo : AFP / Behrouz Mehri

Radio-Canada

L'Iran présente une troisième génération de centrifugeuses, capables d'enrichir l'uranium plus vite que les modèles actuels. Les pays occidentaux condamnent l'initiative.

Téhéran a dévoilé vendredi une troisième génération de centrifugeuses, susceptibles d'enrichir beaucoup plus rapidement l'uranium que celles utilisées actuellement dans les installations nucléaires du pays.

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a montré une de ces machines à plusieurs dignitaires lors d'une cérémonie marquant la « Journée nationale de la technologie nucléaire ». Ce nouveau type de centrifugeuses permettra à l'Iran de produire du combustible pour six centrales nucléaires, a affirmé le président iranien lors de son discours.

Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a de son côté précisé que la centrifugeuse avait été « testée avec succès », et que Téhéran espérait commencer à l'utiliser d'ici le printemps 2011.

Les centrifugeuses sont au centre du controversé programme nucléaire de l'Iran, que les pays occidentaux soupçonnent de vouloir se doter de l'arme nucléaire.

Le président Ahmadinejad a réitéré que le programme nucléaire iranien avait seulement des visées pacifiques, comme la production d'électricité. Son pays ira de l'avant avec son programme nucléaire, malgré l'opposition des États-Unis et d'autres pays, a-t-il une fois de plus répété.

Les menaces de nouvelles sanctions internationales ne feront que « renforcer la détermination de l'Iran » à poursuivre sa politique nucléaire, a-t-il averti. Le président des États-Unis, Barack Obama, et les dirigeants d'autres grandes puissances veulent en effet que l'ONU adopte des sanctions plus dures contre Téhéran.

Un concert de réprobations

Le dévoilement de la centrifugeuse prouve « les intentions malfaisantes », a estimé la diplomatie américaine. « Si l'Iran veut être cru par la communauté internationale quand il assure que ses intentions sont pacifiques en matière nucléaire, alors il n'a pas besoin d'une centrifugeuse de troisième génération », a déclaré le porte-parole du département d'État, Philip Crowley.

Londres a aussi signifié sa désapprobation, faisant valoir que la technologie utilisée est « interdite par cinq résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, qui exigent que l'Iran suspende son programme d'enrichissement et communique clairement ses intentions ».

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon, a pour sa part estimé dans un communiqué que Téhéran « continue de menacer la sécurité mondiale et de faire fi de ses obligations internationales ». « Le Canada appuie fermement l'adoption de nouvelles sanctions par le Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-il ajouté.

Avec les informations de Agence France-Presse