•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour de la Norvège

L'évêque Bernt Eidsvig

L'évêque Bernt Eidsvig

Photo : AFP / Heiko Junge

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Église catholique norvégienne est à son tour frappée par plusieurs affaires d'agressions sexuelles. Elle se dit prête à collaborer avec les autorités.

La révélation d'une première affaire de pédophilie au sein de l'Église catholique norvégienne, plus tôt cette semaine, a déclenché une avalanche de dénonciations d'autres scandales.

« J'ai reçu par courriel tellement de nouveaux signalements sur de possibles agressions et d'autres abus sexuels que le serveur s'est bloqué », a déclaré vendredi l'évêque Bernt Eidsvig au quotidien norvégien Verdens Gang.

Mercredi dernier, Bernt Eidsvig avait rendue publique, à la demande du Vatican, une affaire impliquant Georg Müller. Cet ancien évêque avait agressé sexuellement un enfant de choeur au début des années 90.

Une dizaine d'autres allégations d'agressions sexuelles au sein de l'Église auraient été rapportées cette semaine en Norvège, selon le Verdens Gang qui ajoute que « L'Église catholique doit maintenant enquêter pour déterminer s'il s'agit d'affaires non encore connues ».

L'Église catholique norvégienne, de son côté, aurait eu connaissance de trois affaires de pédophilie, sans compter le cas de Georg Müller. Elle se dit prête à coopérer avec la justice.

« Je vais prendre contact avec le parquet et leur dire ce que je sais, et leur demander conseil. S'ils recommandent une enquête extérieure [à l'Église], j'y suis ouvert », a déclaré Mgr Eidsvig au Verdens Gang.

L'Église norvégienne envisagerait même d'ouvrir ses archives confidentielles qui contiendraient des informations sensibles sur ses prêtres.

Ces prise de positions coïncident avec les déclarations effectuées vendredi par Federico Lombardi, le porte-parole du Vatican, qui a affirmé qu'il fallait poursuivre la collaboration avec la justice, « seul moyen de rétablir la confiance ».

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !